AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 if two wrongs don't make a right, try three. (vic)

Vers les étoiles, à travers les difficultés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
equo ne credite
avatar
❝ HIBOUX : 487
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1398
❝ MIROIR : luca hollestelle
❝ CREDITS : cripsow, aka bb léo ♡
❝ DIALOGUES : #996600
❝ ÂGE : vingt-et-un ans
❝ STATUT SOCIAL : roturière
❝ OCCUPATION : rubissane, diadems en sciences magiques afin de devenir baguettiste, gardienne pour les diamants - et, en échange de quelques palefrois, répare les baguettes cassées et fait du discret trafic de maléfices et sortilèges kanaks.



Moi en été je me sens vivre, mais en hiver c'est pareil,
J'ai tout le temps l'oeil du tigre, et je dors sur mes deux oreilles.


"Disons que je suis certaine à 96% que c'est par ici," avoua Orna en se lançant à tâtons dans l'obscure cage d'escalier en spirale. Une fois qu'elle eut posé le plat du pied sur la troisième marche, les lanternes bordant le colimaçon commencèrent à s'éclairer en un crescendo doré et spectaculaire semblant descendre vers les entrailles de la terre. "Ha ha !" s'écria-t-elle, victorieuse. Ces deux syllabes triomphantes résonnèrent autour d'elles de façon assourdissante jusqu'à sembler être avalées par l'obscurité des profondeurs – et Orna plaqua une main contre sa bouche en tournant vers Victoire des yeux contrits. Tout était question de suavité si elles ne voulaient pas se faire surprendre en plein brigandage. Il était très exactement 22h56, si Orna en croyait la fine montre dorée que son père lui avait offert pour son dernier anniversaire. C'était un mercredi. Non seulement les deux sorcières étaient-elles supposées être rentrées au sein de l'académie plus de deux heures auparavant, mais se trouver sagement dans leurs loges respectives à compter les moutons. C'était sans compter sur les pulsions maraudeuses du rubis, et la curiosité mordante de l'anglaise. Mais tu sais ce qu'on dit, life is what happens when others are too busy sleeping, avait argumenté Orna pour convaincre Victoire qu'un bain nocturne était exactement ce dont elles avaient besoin, créant de toutes pièces un proverbe avec l'aplomb de celle qui croit à ses propres inventions. La blonde avait levé un sourcil, totalement consciente du degré du fiction quotidienne dans ce que racontait son acolyte. Et pourtant, comme c'était toujours le cas, elle avait fini par hocher la tête, un large sourire ourlant sa bouche.

Peut-être que la source de ce wanderlust soudain venait du vin bon marché qu'elles avaient toujours sur les lèvres. Orna, très peu informée sur ce monde qui le fascinait, avait désespérément voulu aller goûter à la ville lumière du côté moldu, et Victoire, paradoxalement la plus érudite des deux sur la société française, et de loin, avait servi de guide. Elles avaient fini, sans savoir comment, sur la terrasse d'un troquet à jouer aux cartes avec deux touristes américains. La piquette était loin d'être excellente, mais ça n'avait eu aucune espèce d'importance. Les deux garçons, occupés à se pâmer devant la beauté solaire et l'adorable accent british de Vic ne se rendaient pas compte qu'après chaque gorgée qu'ils ingurgitaient, leur verre se remplissait mystérieusement à nouveau. Victoire se mordait la lèvre pour ne pas éclater de rire tandis que sa comparse, très entrainée en magie silencieuse et baguette cachée dans les pans de son gilet, jetait des Aguamenti revisités toutes les deux minutes, arborant un sourire angélique. C'est mal d'utiliser sa magie sur des moldus, lui avait glissé une Victoire hilare lorsque les filles avaient finalement quitté le bar pour rentrer à Beauxbâtons. Ouais mais ils sont américains, avait répondu Orna en levant les yeux au ciel. Ce qui, précisément, avait déclenché l'envie subite de rejoindre les bains souterrains, l'histoire ne le dit pas, mais il n'empêche que les filles, venant d'achever la descente dans les enfers, se retrouvèrent face à une large paroi de marbre sculpté de scènes mythologiques. Elles n'eurent qu'à tenter un Alohomora sceptique pour que le mur laisse apparaître une fissure en son milieu qui s'ouvrit en double porte. "Ta-dam !" L'endroit vibrait au rythme de la symphonie entêtante de milliers de gouttes cliquetant sur le marbre blanc, tandis qu'au dessus de leurs têtes dansaient les angelots de la fresque, observant les nouvelles arrivées avec malice. Orna avança vers la piscine alléchante et retira sa veste, qu'elle jeta sur un fauteuil sculpté à sa droite. "Ça t'apprendra à douter de mon sens de l'orientation," railla-t-elle au-dessus de son épaule en direction de Victoire tandis qu'elle se baissait pour retirer ses chaussures. Hors de question, après cette longue dégringolade jusqu'au ventre de l'école, de ne pas s'offrir un plongeon si désespérément mérité.  

_________________

a witch should never be frightened in the darkest forest  /  because she should be sure in her soul / that the most terrifying thing in the forest -
was her.            

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ HIBOUX : 469
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1382
❝ MIROIR : gabriella wilde.
❝ CREDITS : pando.
❝ DIALOGUES : darkcyan.
❝ ÂGE : vingt-deux ans.
❝ STATUT SOCIAL : simple roturière hybride de sang, son coeur de vélane est pris depuis bien longtemps.
❝ OCCUPATION : en septième année chez les améthysses, parcours scientifique, future médicomage. membre de la troupe de théâtre et poursuiveuse dans l'équipe cristal.





« J'te jure, si tu nous perds dans les entrailles de beauxbâtons, j'te fais bouffer ta précieuse baguette par les narines ». Le sarcasme transpire dans chacun des mots qui s'échappent de sa bouche, et elle esquisse volontairement une moue bougonne. Elle ne peut pas s'en empêcher, Victoire, tant elle se maudit d'avoir accepté aveuglément de suivre sa rouquine d'amie et ses idées farfelues. 96%, ça laisse quand même 4% de chances de se retrouver dans la mouise, ce qui constitue une raison suffisante pour qu'elle fasse la gueule. Un peu. Pas longtemps, juste pour la forme, juste pour qu'elle puisse se dire, après, lorsqu'on les aura prises en flagrant délit, qu'elle n'était pas le cerveau de la foireuse opération. Plissant les yeux, elle renonce à espérer voir quelque chose dans le noir complet qui les entoure, et elle lâche un bruyant soupir, pour la forme. Elle se garde bien de l'avouer, mais derrière ses mines exaspérées, elle s'amuse comme une petite folle. La curiosité est un vilain défaut, lui répète sans arrêt Fleur, et le simple fait d'imaginer la moue désapprobatrice de sa mère la convainc qu'elle ne fait absolument rien de mal. Dans l'obscurité, la blonde longiligne glisse sa langue sur ses lippes rosées, persuadée d'y sentir encore le goût du vin rouge. Elle a beau prétendre le contraire, elle a passé une excellente soirée, et surtout en charmante compagnie - elle pense à Orna, évidemment, mais aussi aux deux amerloques qu'elles se sont amusées à faire tourner en bourrique - stupides, mais drôles, surtout après avoir avalé quasiment un litre du liquide rougeâtre sans s'en rendre compte. À tâtons, elle plaque sa main contre la pierre froide, dans une vaine tentative de suivre son amie. Lorsque soudainement, son pied glisse sur la première marche de l'escalier, elle laisse échapper un bruyant juron. « On y voit vraiment comme dans le cul d'un hippo... ». Ô miracle, les grandes illuminations la coupent, et elle cligne des yeux alors que l'escalier s'éclaire. L'exclamation victorieuse de la rouquine la pousse à froncer les sourcils, et s'efforce de lui servir sa moue exaspérée made in Victoire - peine perdue, tant l'air désolé de son amie lui arrache finalement un sourire en coin. La discrétion est bien loin d'être le point fort de la Cheval, et c'est probablement l'une des nombreuses choses que la blonde apprécie chez elle. Typiquement Weasley, aurait lâché Fleur en levant les yeux au ciel, et à raison, puisque qu'avec le temps, Victoire ne compte plus les situations rocambolesques dans lesquelles ses cousins l'ont entraînée. Elle est d'ailleurs intimement persuadée que non, Orna ne peut définitivement pas ressembler autant aux membres de sa famille par hasard. Elle n'a cependant aucune preuve de ce qu'elle avance, et ce n'est pourtant pas faute d'avoir harcelé l'oncle Charlie afin de lui tirer les vers du nez. Il dit qu'il n'a jamais mis les pieds en Nouvelle Calédonie - mon cul, répond Victoire, et même si elle doit attendre dix ans pour cela, elle est persuadée de parvenir un jour à résoudre cette mystérieuse affaire.

Lorsque finalement, elles atteignent le bas des marches sans s'être rompu le cou, la blonde hausse un sourcil devant l'immense fresque qui leur fait face. Elle crève de l'admettre, mais quand même, les sirènes gravées dans le marbre laissent assez peu de doute quant à l'endroit qu'elles dissimulent. Les mains sur les hanches, elle toise la rouquine d'un air vaguement sceptique, dans l'espoir qu'elle soit frappée par une quelconque intervention divine. À sa grande surprise, le sort le plus basique du monde dessine une large fissure dans le marbre ivoire, et elle marmonne quelque chose de vaguement intelligible. Au moins, à hogwarts, les lieux secrets sont vraiment cachés, et c'est pas avec un alohomora tout pourri qu'on aurait pu entrer tranquillement dans la chambre des secrets. « Ta-dam ! ». L'enthousiasme de la Cheval lui arrache un sourire amusé, et elle balaie la vaste pièce de ses prunelles claires, bouche bée. Elle doit bien l'admettre, l'endroit en jette un max, n'en déplaise à sa fierté chauvine d'anglaise. Un instant, elle contemple la vaste étendue d'eau limpide, dont les souples ondulations se reflètent dans le marbre précieux recouvrant les murs et le sol.  À cette heure-ci, l'endroit est naturellement désert, et elle se délecte d'avance de pouvoir profiter de la piscine sans être dérangée par une pléiade de têtes de cons - aussi appelés nobles, dans le langage courant français. « Ça t'apprendra à douter de mon sens de l'orientation ». Le ton railleur de la jeune femme pousse Victoire à esquisser une moue faussement vexée, mais elle se résout finalement à admettre que ses doutes au sujet des capacités de son amie à les mener à l'endroit en vie, et sans se faire prendre, s'avèrent infondés. Levant théâtralement les yeux au ciel, elle étire un sourire moqueur, avant de lâcher avec mauvaise foi. « Ok ok, je l'avoue, cet endroit est plutôt cool ». À l'image d'Orna, elle retire un à un ses vêtements trop encombrants à son goût, impatiente de pouvoir se prélasser dans les bains si alléchants. Elle a grandi au bord de la mer, Victoire, et l'eau reste encore bien des années après son élément favori. Lorsque finalement, son débardeur vient s'écraser à terre avec ses autres vêtements, elle se félicite d'avoir eu la jugeote de porter des sous-vêtements décents, et sobres. Le matin même, elle aurait aussi bien pu choisir d'enfiler sa fameuse culotte Hello Kitty, ce qui l'aurait automatiquement condamnée à supporter les railleries de la rouquine pour les dix ans à venir, au moins. « Bon, alors, on pique une tête ? ». Elle fixe un instant Orna d'un air malicieux, avant de se diriger lentement dans sa direction. Machiavélique, elle s'approche encore à pas de velours, et ce n'est que trop tard que la rouquine comprend. Trop tard, puisqu'il ne faut que quelques secondes à la Weasley pour la pousser dans la piscine, manquant de peu d'être entraînée dans sa chute. Cette fois-ci, c'est Victoire qui affiche un sourire triomphant, et elle attend avec impatience la vengeance de sa camarade, qui, elle le sait, sera terrible.

_________________


ADVENTURE OF A LIFETIME

Turn your magic on, to me she'd say, everything you want is a dream away. Under this pressure, under this weight, we are diamonds. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
equo ne credite
avatar
❝ HIBOUX : 487
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1398
❝ MIROIR : luca hollestelle
❝ CREDITS : cripsow, aka bb léo ♡
❝ DIALOGUES : #996600
❝ ÂGE : vingt-et-un ans
❝ STATUT SOCIAL : roturière
❝ OCCUPATION : rubissane, diadems en sciences magiques afin de devenir baguettiste, gardienne pour les diamants - et, en échange de quelques palefrois, répare les baguettes cassées et fait du discret trafic de maléfices et sortilèges kanaks.




Moi en été je me sens vivre, mais en hiver c'est pareil,
J'ai tout le temps l'oeil du tigre, et je dors sur mes deux oreilles.


Orna s'était déjà rendue précédemment dans les bains cachés, à une seule et légendaire reprise. Une expédition rubissane, lorsqu'elle était en deuxième année, du temps où elle était encore à même d'éprouver des scrupules quant à la violation totale et complète du règlement. Cela avait fini dans un état de panique suivie d'euphorie collective lorsque les étudiants avaient été à deux doigts de se faire surprendre par un professeur. Depuis, Orna n'avait jamais remis les pieds dans l'endroit, pas par faute d'envie, mais d'occasions. Il fallait être très précautionneux à qui l'on choisissait comme compagnons de maraude, et Victoire s'était avérée être tout simplement le complément parfait d'Orna. Juste ce qu'il fallait de sens commun pour les sortir des situations les plus délicates, mais la malice qui, d'après les histoires que la blonde avait raconté à une Orna riant aux larmes un soir dans les jardins, coulait dans les veines Weasley. "Pas si cachés que ça, leurs bains cachés," marmonna Orna autant pour elle-même que pour son amie, alors qu'elle laissait tomber son jean au sommet de la pile déjà bancale que formaient ses vêtements. "S'ils voulaient vraiment éviter les visites, ils auraient mieux protégés l'entrée," continua la rubis, qui se servit de sa baguette afin de faire tenir le chignon de fortune qu'elle était en train de réaliser au sommet de son crâne. "Si tu veux mon avis, ça les arrange de savoir que les fétichistes aquatiques copulent ici plutôt que dans les bains des écr-" Elle s'interrompit brutalement, réalisant que Victoire s'avançait vers elle avec aux lèvres un sourire qu'elle connaissait trop bien. "Vic, non…" Gronda-t-elle, menaçante, ou plus exactement essaya-t-elle de menacer en levant une main d'avertissement entre leurs deux poitrines. Mais bien sûr, Weasley possédant un degré de compassion avoisinant celui d'une brosse à dent, les paumes en avant avec l'enthousiasme d'un bambin, elle envoya Orna valser tête la première dans la flotte.

Eau magiquement maintenue à une température idéale, lumière féérique venant des lanternes au dessus qui faisait scintiller la mosaïque tapissant le bassin, à tout point de vue, le plongeon n'avait rien de déplaisant. Orna se laissa embrasser par l'onde et la sensation purificatrice de se savoir submergée. Rubissane au tempérament de feu, elle avait sans nul doute besoin que, de temps en temps, quelqu'un la pousse à l'eau. Lorsque son crâne creva la surface, tâche rouge spoliant le bleu, la première chose qu'elle vit fut, sans surprise, le sourire victorieux de celle dont le prénom avait prédestiné au défi. Lentement, découvrant les babines à son tour dans un sourire machiavélique, Orna porta la main à sa chevelure trempée, et fit glisser sa baguette en dehors de l'entrelacs de mèches cuivrées. Subitement, la moue jubilatoire de Vic disparut de son parfait petit visage. "Wingardium…" commença-t-elle, tel un avertissement. La suite vint avec nettement plus de jouissance. "Leviosa !" Orna lévita avec bonheur une Victoire glapissante pile au dessus du centre de la piscine, et d'un délicat geste de poignet, la laissa tomber. Orna rit en voyant l'eau s'ouvrir sous son amie dans un plouf poli, pas le moins du monde étonnée que l'anglaise, parfaite en toutes circonstances, était élégante jusque dans la chute. Autant pour la mettre à l'abri que pour s'assurer ne plus céder à la tentation de l'utiliser, Orna fit rouler sa baguette du bord du bassin jusqu'au reste des ses affaires, avant de rejoindre son amie à la nage. Arrivée à sa hauteur, la petite sorcière rousse se retourna afin de faire la planche, cheveux lâchés formant une auréole flamboyante autour de son visage. Le regard rivé au plafond, elle fronça les sourcils. "Vic, c'est moi ou les angelots ont le regard légèrement lubrique ?"



_________________

a witch should never be frightened in the darkest forest  /  because she should be sure in her soul / that the most terrifying thing in the forest -
was her.            

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

if two wrongs don't make a right, try three. (vic)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy
» you make me shine ▲ shane
» Rosemary > Can you make it feel like home ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ad Astra :: Beauxbâtons :: Les Sous-Sols :: Piscine Souterraine-