AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Just listen to what I do. (Émilie)

Vers les étoiles, à travers les difficultés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
❝ HIBOUX : 46
❝ CÔTE DE POPULARITE : 710
❝ MIROIR : Colin O'Donoghue
❝ CREDITS : (c) Hepburns
❝ DIALOGUES : Slategray
❝ ÂGE : 35 ans
❝ STATUT SOCIAL : Égyptien, roturier, père de Norah Cohen.
❝ OCCUPATION : Propriétaire d'une réserve à dragons localisée dans les terres nordiques françaises, il a étudié à Khéops, l'école sorcière en Égypte.



En poussant un soupir discret, Seif remonta son pantalon sur ses hanches. Il le reboutonna, et jeta un coup d’œil vers la belle blonde, dont le corps nu était encore emmêlé dans les draps chauds. Pas étonnant qu’Émilie dorme toujours aussi profondément : leurs ébats avaient duré un long moment la veille et le soleil n’était pas tout à fait levé, Paris encore recouvert de son manteau noir de nuit. Mais comme d’habitude, Seif avait l’intention de quitter les lieux avant le réveil de l’auror. Comme pour éviter toute confrontation ou discussion inutile. Après tout, ils n’avaient rien à se dire, en dehors des missions. C’était surtout leurs corps qui communiquaient, dès qu’ils se retrouvaient seuls, dès qu’ils avaient du temps libre. Dès que la passion prenait le dessus. Autrement… le silence et le malaise étaient plus souvent de mise entre les deux sorciers. Parfois, ils parvenaient à briser la glace et à retrouver leur complicité d’antan, mais ces moments restaient éphémères, temporaires. Ca ne durait jamais bien longtemps, Émilie comme Seif bien souvent rattrapés par une culpabilité survenue de nulle part. Une culpabilité que Baxter ne s’expliquait pas.

Il aurait pourtant dû faire le lien entre cette mystérieuse lettre reçue en l’an 2005 et Émilie. Car c’était bien cette raison, qui poussait Émilie à se renfermer dans son armure d’auror froide et impassible, dès que Seif se comportait de façon un peu trop familière. En voyant son sourire ou en scrutant ses yeux bleus rieurs, elle se souvenait, à chaque fois, de ces neuf mois pénibles, de toutes ces années de solitude même, à élever seule Norah, sa fille. Leur fille. Et dire que Seif n’en savait rien… Cette lettre de 2005, il ne s’en souvenait même plus, pour être honnête. Ce souvenir lui restait vague et flou. Quant à Émilie, elle n’avait jamais pris la peine de lui avouer que cette lettre venait d’elle. A quoi bon, après toutes ces années ?

Bottes aux pieds, Seif se leva du lit. Il était grand temps qu’il file ; toutefois, avant de s’en aller, il se pencha par-dessus Émilie pour déposer un baiser sur son visage endormi. Dans le mouvement, l’amulette, qui pendait au bout de la chaîne suspendue à son cou, effleura le cou de la jeune femme. Il réajusta le drap de manière à couvrir son corps, puis enfin, sans un bruit, il quitta la chambre de cette auberge, pour retrouver les rues parisiennes. L’aube pointait tout juste, et les premières lueurs du soleil apparaissaient. Il n’y avait pas encore grand monde à l’extérieur à cette heure-ci. Seif se dirigea donc vers un pub modeste où il prendrait rapidement son petit déjeuner. Dans la matinée, il allait devoir se rendre au bureau des Aurors : ces derniers temps, son aide en tant qu’expert en dragons était assez souvent sollicitée pour diverses missions. C’était d’ailleurs de cette façon que sa route avait croisé celle de Cohen, pour la deuxième fois, en une seule vie. Si ça, ce n’était pas un coup du destin…

Quand Seif se pointa au bureau des Aurors, Émilie était déjà présente dans l’une de ces cellules vides, debout, avec son allure fière et impassible. Son attitude tranchait franchement avec celle de Seif, plus décontracté, plus nonchalant. « Bien dormi ? » aborda l’Egyptien, en guise de salutations ironiques. Il savait que la Cohen ici présente n’avait plus rien à voir avec son amante de la veille : l’agressivité et l’agacement se lisaient dans ses yeux verts. C’était toujours comme ça : ils repartiraient de mauvais poil, mais peut-être qu’au terme de la journée, ils finiraient par partager le même lit. Seif s’approcha de l’auror, qui lui tournait le dos, et une fois à sa hauteur, il jeta un coup d’œil curieux par-dessus son épaule, pour lire la feuille de papier qu’elle tenait entre ses mains fines. L’intitulé et leur objectif de mission. Ca n’allait pas être simple…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
❝ HIBOUX : 16
❝ AUTRES VISAGES : Juliette de Noblecourt (ENFP, étudiante rubissan)
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1106
❝ MIROIR : gal gadot.
❝ CREDITS : (c) sparkles
❝ ÂGE : trente-cinq ans en apparence, bien plus en réalité grâce à la gamme de potions de beauté Éternelle Jouvence. Cinquante est le nombre fatidique.
❝ STATUT SOCIAL : ancienne dauphine, soeur de l'actuel roi Géodor, mère de la défunte Solange Desclève.
❝ OCCUPATION : de naissance royale, elle n'a guère besoin d'un travail pour subvenir à ses besoins, mais Alice est une femme bien trop dynamique, énergique dans l'âme pour se contenter d'une vie à la Cour. De chercheuse magique à exploratrice de catacombes, en passant par archéomage, Alice apprend sur le tas au fil de ses voyages. Sa seule et véritable occupation est celle de parcourir le monde, et d'épancher cette soif irrésistible d'aventure.


Seif & Emilie


Set me free, leave me be.
I don't wanna fall another moment into your gravity



14 janvier 2022. Elle se sentait sale, comme à chaque fois. Quand elle se réveillait seule, dans cette chambre d'hôtel, le sentiment d'être à nouveau piégée et ridiculisée revenait de plein fouet. Alors, comme à chaque fois, la sorcière étouffait cette sensation désagréable, la chassant pour affronter une nouvelle journée, et parvenir à maintenir une attitude courtoise quoique mesurée. 

« Cohen, nouvelle mission.  » l'aborda son chef, aussitôt qu'elle eut franchi le hall d'entrée du bureau des aurors. La nouvelle la revigora plus qu'elle n'aurait pu l'espérer, et avec une excitation certaine, elle attrapa d'un geste gracieux le parchemin que le quadragénaire venait de lui lancer. Habituellement, Emilie aurait grommelé une remarque cinglante face à l'indubitable manque de politesse du sorcier, mais l'exaltation la fit oublier le comportement de ce dernier, et même ce début de matinée déplorable. Que cela fût le malaise qui l'avait saisi quand elle avait réalisé à quoi elle venait à nouveau de succomber lorsqu'elle s'était réveillée dans l'auberge, mais également le regard dubitatif et les questions bien trop envahissantes d'une Norah de plus inquisitrices, une fois que la mère célibataire était rentrée aux aurores, dans leur appartement du quartier Le Bourg du Paris sorcier. L'excuse de ses missions qu'elle utilisait constamment pour dissimuler ses ébats avec Seif, avait malheureusement toujours attisé la fiévreuse curiosité de sa fille unique.

La sorcière traversa le dédale de couloirs d'un blanc immaculé, le dossier en main, parcourant de ses yeux avides chacune des lignes. L'exaltation précédente fit place à une véritable déception dès lors que le terme "dragon" apparut en deuxième page.

Il va être de la partie, super.

Le bureau des aurors semblait avoir un nouveau favori en la personne de Seif, depuis près de cinq ans. Il leur avait été indispensable pour plusieurs affaires, et maintes fois avait-elle entendu de ce chef auquel elle désespérait pouvoir plaire des louanges entièrement et uniquement destinées à son ancien premier amour : "Baxter est un élément incontournable en dracologie", "Seif est admirable", "on devrait le persuader de se lancer dans une carrière d'auror spécialisé en créatures dangereuses". Des phrases qui la poignardaient en plein coeur, et qui ne faisaient qu’accroître son amertume. Seif avait cette facilité avec les autres qu'elle n'avait pas. Son besoin irrépressible de tout régenter dans les missions ne pouvait rivaliser avec la spontanéité et la nonchalance de Seif, qui parvenait à se sortir de n'importe quelle situation avec une aisance sans pareille. Cohen paraissait dès lors un tant soit peu ridicule, quand elle passait des journées et nuits entières à préparer chacune de ses missions, à anticiper n'importe quelle issue d'une hypothétique situation, avec - au final - le même résultat que Baxter.

Soudain, elle se redressa, les sens en alerte. Les pas qui martelaient le sol en bois et qui se rapprochaient lui étaient familiers. Seif. Pur instinct, habitude, réflexe d'auror ou d'amoureuse éperdue, elle n'aurait su le dire, mais dans tous les cas, il s'agissait bel et bien de lui. Il n'y avait aucun doute à avoir. Son coeur bondit dans sa poitrine.

« Bien dormi ? » L'impertinence de sa question la cloua sur place, et Emilie ne put s'empêcher de lui jeter un regard peu amène avant de rediriger son attention sur le parchemin entre ses mains. La jeune femme n'avait pas la force de soutenir le regard bleuté de son amant, ni même de croiser ne serait-ce qu'un instant sa chevelure ébène. Si elle l'ignorait, peut-être parviendrait-elle à retrouver cette humeur agréable qu'elle avait momentanément eu en apprenant sa nouvelle mission. 

« Ne commence pas. » s’agaça-t-elle, en se pinçant l'arrête du nez. Lui rappeler leurs ébats était un sujet qu'elle aurait préféré éviter. Alors, lorsqu'il s'approcha d'elle et qu'elle sentit son souffle chaud dans son cou, Emilie ne put se contenir et s'éloigna violemment. « C'est d'un ridicule,  » Elle détourna la conversation d'un ton frôlant le dédain et l'exaspération, tout en claquant dans un bruit sonore sa langue sur son palais. « on doit partir avant onze heures, et on ne peut même pas se préparer ?! » s'exclama ensuite Emilie, en sortant d'un pas décidé de la cellule, sans même prendre la peine de voir si Seif la suivait. Cela faisait quelques jours que la sorcière s'épuisait dans la paperasse de son propre bureau. Rapports en tout genre, affaires assez prosaïques pour ne susciter qu'une recherche approfondie dans les archives du Ministère des Affaires Intérieures, Emilie appréciait la plupart du temps ces enquêtes ordinaires – certes plus préoccupantes que les délits et contraventions des agents de la police magique. Mais cette mission-là, en l’occurrence, concernait le recel de reliques anciennes et de dragons, ayant des ramifications jusqu'en Roumanie, une affaire particulièrement épineuse qui avaient agité bon nombre des journées et nuits de ses partenaires pendant des mois. Elle avait conscience qu'il fallait agir vite, mais ils avaient l'avantage de la surprise. Pourquoi ne pas prendre quelques heures de plus ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ HIBOUX : 46
❝ CÔTE DE POPULARITE : 710
❝ MIROIR : Colin O'Donoghue
❝ CREDITS : (c) Hepburns
❝ DIALOGUES : Slategray
❝ ÂGE : 35 ans
❝ STATUT SOCIAL : Égyptien, roturier, père de Norah Cohen.
❝ OCCUPATION : Propriétaire d'une réserve à dragons localisée dans les terres nordiques françaises, il a étudié à Khéops, l'école sorcière en Égypte.


« Commencer quoi ? » demanda Seif, avec une innocence feinte qui tranchait sérieusement avec son sourire goguenard. Plus Émilie lui lançait des coups d’œil noirs, plus cette situation l’amusait. Gamin à souhait, et chiant jusqu’à la moelle, Baxter se révélait être une sacrée plaie, dans les pattes de cette pauvre auror professionnelle, perfectionniste et pointilleuse. Elle n’aspirait qu’à la réussite de leurs missions, alors même que l’objectif principal de son partenaire consistait à la pousser –gentiment- à bout. Rien que pour cette raison, Seif lui emboîta le pas dans les couloirs, l’écoutant se plaindre du manque de temps pour se préparer à la mission. Il s’agissait bien là du cadet de ses soucis : il se délectait plutôt d’observer les fesses de Cohen qui se dandinaient, pendant qu’elle déambulait parmi les bureaux. Là encore, le contraste entre les deux était frappant : la sorcière ne ressemblait ni plus ni moins qu’à une boule de stresse vivante, contrairement à son coéquipier calme et posé, qui gardait ses mains enfoncées dans les poches, le regard fixé sur son popotin. « Où est le problème, franchement ? Ca sert à rien de râler, tu t’épuises pour rien. » Adepte de l’improvisation, Seif ne voyait aucun mal à se projeter dans une mission-mystère, dont il ne savait rien. « On avisera sur place et on s’en sortira comme on peut. » Peu importe si la mission se soldait par un échec : les deux auront au moins tenté le coup. Ca motivait bien Baxter, qui se sentait toujours prêt à relever de tels défis et à donner le meilleur de lui-même pour se propulser vers la réussite.

Néanmoins, la donne était bien différente pour Émilie. L’enjeu pour elle était trop gros, pour considérer cette tâche comme un simple challenge. La volonté de réussir et de mener à bien cette mission l’animait, et savoir qu’elle n’aurait pas le temps de se préparer comme à l’accoutumée suffisait à la désorienter complètement. Seif était loin d’être dupe : rien qu’à sa façon de gigoter, l’on pouvait déduire à quel point Émilie paniquait. Elle tentait de prendre sur elle, mais son regard vert affolé annonçait toute la vérité : elle ne se sentait pas prête. Baxter se sentit presque obligé d’intervenir, alors qu’ils franchissaient le seuil de son bureau personnel. Il tira sa baguette magique de sa poche, la pointa vers la jeune sorcière. « Accio parchemin. » La missive s’échappa des fines mains pour atterrir dans les siennes, plus rugueuses, plus abîmées par le temps et son métier.

Toujours avec cette nonchalance propre à lui-même, Seif contourna le meuble en bois brut qui occupait tout l’espace de la pièce, d’un pas lent. Comme s’ils ne manquaient pas de suffisamment de temps comme ça… De la paperasse et des dossiers empilés s’entassaient et recouvraient toute la surface du bureau. « Quel bordel ! » s’exclama théâtralement Seif, ironique. Il était bien mal placé pour l’ouvrir et faire un commentaire là-dessus, lui, le sorcier le moins organisé au monde. Avec culot, l’Egyptien se laissa tomber dans le siège en cuir confortable en poussant un soupir. Oui… Il venait de s’approprier la place qui appartenait à Émilie… dans le bureau d’Émilie, justement. Il leva ses longues jambes pour les reposer sur le meuble, allongées, se fichant bien d’écraser sous ses bottes le travail de Cohen. Habituellement, c’était déjà bien ce qu’il faisait au sens figuré du terme…

« Alors, voyons voir ce qu’on a comme information. » Seif, qui avait clairement pris ses aises, déplia d’un geste lent le parchemin. Pour la première fois depuis le lever du soleil, il se concentra, le temps de parcourir les lignes qui traçaient le schéma de leur mission. « Recel de reliques, exploitation de dragons… D’après les éclaireurs, ça se passe en Roumanie… » déclara Baxter, en continuant sa lecture et en réfléchissant à voix haute, pour partager ses pensées à sa partenaire. Il leva les yeux un instant, pour les poser sur la femme blonde : « Leur planque doit être immense quand même… Pour dissimuler un tel réseau. C’est possible aussi que tout soit disséminé sur plusieurs territoires en Roumanie. Ca nous compliquerait la tâche, même s’il y’a certains avantages. » Notamment le fait que des petits territoires étaient généralement moins surveillés, plus faciles à infiltrer. Mais si le réseau s’avérait immense –et il l’était forcément, pour détenir des dragons !- alors cette mission leur prendrait énormément de temps et serait difficilement réalisable en un temps record ou limité. « Il faut qu’on détermine quel est le noyau central de cette planque roumaine. C’est inutile qu’on s’acharne à infiltrer et attaquer des petites planques pour récolter petit à petit des informations, on perdrait trop de temps. En plus de s’exposer au danger, on perdrait l’effet de surprise. » En gros, Seif était déterminé à foncer dans le tas et à s’attaquer d’emblée au quartier général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
❝ HIBOUX : 16
❝ AUTRES VISAGES : Juliette de Noblecourt (ENFP, étudiante rubissan)
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1106
❝ MIROIR : gal gadot.
❝ CREDITS : (c) sparkles
❝ ÂGE : trente-cinq ans en apparence, bien plus en réalité grâce à la gamme de potions de beauté Éternelle Jouvence. Cinquante est le nombre fatidique.
❝ STATUT SOCIAL : ancienne dauphine, soeur de l'actuel roi Géodor, mère de la défunte Solange Desclève.
❝ OCCUPATION : de naissance royale, elle n'a guère besoin d'un travail pour subvenir à ses besoins, mais Alice est une femme bien trop dynamique, énergique dans l'âme pour se contenter d'une vie à la Cour. De chercheuse magique à exploratrice de catacombes, en passant par archéomage, Alice apprend sur le tas au fil de ses voyages. Sa seule et véritable occupation est celle de parcourir le monde, et d'épancher cette soif irrésistible d'aventure.


Seif & Emilie


Set me free, leave me be.
I don't wanna fall another moment into your gravity



« Commencer quoi ? » Petit impertinent. Sur le moment, Emilie aurait tout donné pour ne pas être dans les locaux du Ministère des Affaires intérieures. La duelliste n'aurait pas hésité à lui lancer un maléfice, le prendre en traître ne lui aurait posé aucun problème. Au lieu de cela, Emilie parvint à l'ignorer et continuer sa diatribe dans les couloirs du ministère. « Où est le problème, franchement ? Ça sert à rien de râler, tu t’épuises pour rien. On avisera sur place et on s’en sortira comme on peut. » Mais ferme-là ta vieille bouche de véracrasse, par Viviane.

Elle "râlait" si elle le voulait. Qui était-il pour oser la prendre de haut de cette manière, comme si elle n'était qu'une enfant capricieuse et irascible. Emilie avait besoin d'exprimer sa tension à l'approche de la mission, et rien ni personne ne l'en empêcherait. Ce n'était pas comme si elle perdait tous ses moyens. Au fond d'elle, l'auror savait que le commentaire de Seif n'était qu'une tentative pour la calmer. Une velléité qui restait cependant tout à fait infructueuse, puisque seule l'atmosphère de son bureau attitré réussit un tant soit peu à l'apaiser. Emilie était dans un endroit qu'elle connaissait depuis des lustres, un environnement qu'elle maîtrisait.

« Accio parchemin. » Il est sérieux, lui ?! Eberluée, Emilie assista au manège de Seif. Elle avait horreur qu'on lui retire d'une manière aussi inconsidérée quelque chose qu'elle tenait entre ses mains. Pis encore, Baxter prenait ses aises, comme si le bureau de l'Auror lui appartenait. Elle sentit ses joues se colorer d'un rouge vif, et se mordit rageusement l'intérieur de la joue. Retiens toi, Cohen. « Quel bordel ! » Oui, s'il te plaît, retiens toi Cohen. Vraiment.

« Premièrement, tu vas me dégager tes sales bottes toutes dégueulasses de mes DOSSIERS, » commença la blonde d'un ton froid et tranchant. Usuellement, Emilie se contenait assez facilement face à Seif. Elle se déconnectait de la réalité, et se laissait transporter dans des rêveries triviales, tout moyen pour parvenir à ne pas écouter les réflexions du sorcier était bon. L'auror gardait ainsi son sang-froid, et affichait un air la plupart du temps détaché et professionnel. Mais cette fois, la pression face à la mission imminente la rendait à fleur de peau. Le comportement de Seif (probablement malgré lui) n'arrangeait en rien la chose. « Deuxièmement, les planques ne sont pas forcément disséminées en Roumanie. Ça peut très bien être une seule et unique planque, Hermione Weasley a développé le sortilège d'Extension Indétectable avec le Département des Mystères britannique, il y a quatre ans. La grandeur n'a plus d'importance. » Don't you read ? voulut-elle ajouter avec dédain. Certes, Baxter avait raison. Utiliser une seule planque était en soi assez inconsidéré vu l'importance du réseau illégal. Les criminels de ce type se révélaient généralement prudents, et avaient probablement disperser leurs activités. « Troisièmement, c'est évident qu'on doit s'attaquer en premier à la planque principale, Captain Obvious. Merci pour ta brillante et ô combien intéressante intervention. » De mauvaise foi, elle réalisait au moment même où ces mots sortaient de ses lèvres, qu'Emilie elle-même ne faisait en rien avancer la situation. Mais cela n'arrêta en aucun cas son laïus. « Quatrièmement, t'as du confondre avec le boss. » continua la blonde, en croisant les bras et en lui jetant un regard impérieux, « Tout le bureau est peut-être à tes pieds, mais je ne le serais jamais. Tu n'es pas auror, Baxter. Alors tes petites réflexions futiles comme ça, tu te les gardes. Laisse agir les pros, et reste à ta place. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Just listen to what I do. (Émilie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 07. [Pavillon Woods] Listen to me when I say...
» and he said “listen, listen, i’m not afraid to go if it’s with you, i was born to live for you”, 04.03 - 03:11
» Bonne Retraite Émilie
» (émilie) c’est dans ses rêves que l’homme trouve la liberté.
» émilie ◄ que dit un rouleau de PQ déguisé en Dark Vador ?... J'essuie ton père

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ad Astra :: Le Reste du Monde :: Un autre temps-