AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 i'm right there at your side (doriath sisters)

Vers les étoiles, à travers les difficultés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SWALLOWED WHOLE BY THE DARKNESS
avatar
❝ HIBOUX : 205
❝ AUTRES VISAGES : elanor beauregard
❝ CÔTE DE POPULARITE : 829
❝ MIROIR : katie mcgrath
❝ CREDITS : hepburns & faymcwrath & sign by endlesslove
❝ ÂGE : 25 ans
❝ STATUT SOCIAL : reine déchue de son propre royaume, elle n'a plus rien que la pureté de son sang et les échos meurtriers de son nom.
❝ OCCUPATION : étudiante rubissane en dernière année dans le parcours scientifique, présidente du cercle de la rosière.


i"m right there at your side
Estë Doriath
feat.
Erendis Doriath


 

 



 

 

Here in the shadow, here I am and I need someone by my side. It becomes so hard to stand and I keep trying to dry my eyes. Come and find me in the valley.

La pièce était plongée dans l’obscurité. Des volets fermés filtré une faible lumière, quelques rayons de soleil timide qui ne parvenaient pas à percer les ténèbres. Deux bougies murales éclairées faiblement la pièce de part et d’autre, chacune mourant lentement. Assise à son bureau de bois, une unique bougie pour éclairer ses travaux, Erendis étudiait un livre d’aspect ancien. Reliure de cuir, écriture à l’encre noire, pages jaunies par les années. A côté tournait sa baguette dans un petit chaudron d’où s’échappait une épaisse fumée grisâtre. Enfermée depuis des heures dans son petit laboratoire aménagé dans les sous-sols de la triste maison qu’elle partageait avec sa sœur cadette, Erendis broyait du noir. Dehors le monde continuait d’avancer, ignorant la jeune femme, l’oubliant, l’effaçant des mémoires. Recluse, forcée à l’anonymat, elle se réfugiait dans ses livres et ses expériences. Elle ne restait plus à Beauxbâtons, cherchant à tout prix à s’échapper de ces lieux maudits qui la dégoûtait. Elle passait la plupart de ses week-ends loin des langues perfides de l’école magique. Seule, enfermée dans l’obscurité de ces murs, elle oubliait le monde extérieur, se parlait à elle-même sans s’en apercevoir. Confinée dans son monde, enfermée dans sa propre tête, elle ne parlait à personne, pas même aux quelques domestiques qui peuplaient encore la maison. D’un air absent elle parcourait les mots prisonniers de ses grimoires, s’imprégnaient de leurs significations pas toujours claires. L’obscurité environnant gagnait finalement son âme, rongeant sa personne. La petite étoile brillante s’éteignait. La jeune fille autrefois souriante et vivante devenait ténèbres, sombrait dans la folie. Elle n’entendait pas le son mélodieux de l’océan et des vagues qui s’écrasaient sur les falaises. Le bruissement du vent dans les arbres avaient disparus tout comme le chant des oiseaux. La douce voix de sa sœur n’était qu’un souvenir lointain, un écho qu’elle percevait à peine. « Erendis ? Erendis tu es là ? » La porte s’ouvre lentement derrière elle. D’un geste vif, elle referme le vieux grimoire, le dissimule sous une pile de parchemins, fait mine de s’occuper de sa potion. Elle entend le bruissement des pas s’approchaient, sent à peine la main qui se pose sur son épaule. « Le temps est magnifique dehors. » D’un coup de baguette les volets s’ouvrent, éblouissant ses yeux, inondant la pièce de lumière. Le soleil chaud sur sa peau la fait frissonner. Concentrée sur sa tâche, elle ignore sa sœur, ne la regarde pas. Elle sait ce qu’elle y verrait. Ce regard plein de compassion, de tendresse. Un regard candide, ignorant. Un regard qui lui rappelait trop la jeune fille qu’elle avait été. « Je suis occupée Estë. » Vérité à peine dissimulée, demi-mensonge craché avec force. Elle n’avait aucune envie de discuter, de se confronter à la vérité que sa sœur allait inévitablement lui offrir. Ainée de la maison et pourtant cadette en cet instant.
© Gasmask



_________________

    hopeless
    ALONE IS WHAT I HAVE. ALONE PROTECTS ME. but who knows what she spoke to the darkness, alone, in the bitter watches of the night, when all her life seemed shrinking, and the walls of her bower closing in about her, a hutch to trammel some wild thing in ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
❝ HIBOUX : 193
❝ CÔTE DE POPULARITE : 826
❝ MIROIR : Daisy Ridley
❝ CREDITS : (c) wild heart
❝ DIALOGUES : #EB6B21
❝ ÂGE : vingt-trois ans
❝ STATUT SOCIAL : Autrefois fille de comte, depuis le récent emprisonnement de ses parents, les sœurs Doriath ne sont plus que des Évincés au yeux de la France, ceux qui avaient et ont tout perdu.
❝ OCCUPATION : Huitième année de gramme, étudiante Améthysse en parcours scientifique. Poursuiveuse dans l'équipe de Quiddtich Diamant.


i'm right there at your side


erendis doriath & estë doriath
✧ ✧ ✧


Estë observait silencieusement la côte sauvage, il faisait beau aujourd'hui si bien que le ciel bleu contrastait superbement  avec les roches orangées de la côte. La fenêtre ouverte, elle pouvait sentir d'ici la brise salée de sa mer et elle se sentait immédiatement chez elle. La cadette des Doriath ne rentrait pas souvent les week-end, à vrai dire elle avait souvent tendance de se laisser convaincre par Daphné de rester boire leur nectar secret – que Estë soupçonnait être une boisson moldue mais merlin que c'était bon – dans leur appartement et oublier au fil des heures de rentrer avant de décider de finalement rester à Beauxbâtons. Puis parfois elle arrivait à la convaincre le lendemain d'aller courir avec elle pour pallier du sucre qu'elles auraient consommer la vielle, mais cela finissait souvent par Estë courant à côté d'une Daphné flanquée d'un steston et de sa paire de jeans préférée l'encourageant avec une glace. « Madame ? » Détournant son regard la cadette posa ses yeux sur la silhouette frêle d'une des domestiques, Margaret, une vielle anglaise qui avait été présente dans sa vie depuis son enfance. La brune se leva du rebord de la fenêtre et étira un doux sourire, les yeux de la vielle dame lui renvoya un. « Madame je suis venue m'assurer que tout aller bien avant que je ne parte. » Estë roula des yeux, « Magaret cessez de m'appeler Madame, c'était ma mère, j'ai toujours été Estë pour vous. », sa gorge se noua cependant en pensant à ses parents, il n'y avait eu peu de nouvelles d'eux depuis leur arrestation, mais tout le monde connaissait leur destin, sans oser en parler devant les orphelines Doriath. La brune cligna des yeux plusieurs fois avant de se reprendre et prit dans ses bras la domestique. « Merci d'être restée Maggie, vous ne pouvez pas savoir à quel point cela compte pour moi- nous. », lui chuchota-t-elle dans son oreille avant de s'écarter, l'anglaise lui lança un sourire larmoyant, la pauvre femme a toujours été attachée aux enfants Doriath. « Oh Estë, vous avez grandi en une très belle femme, vos sœurs aussi. Mais malheureusement vous êtes encore trop impulsives pour que je puisse vous laisser dérailler. » Elle lui prit sa main avant de lui faire une bise d'au revoir, « Au revoir Maggie ! » « Goodbye darling. » et elle vit la femme qu'elle considérait comme une grand-mère partir dans un discret pop.  

Soudainement le vide de la pièce lui sauta aux yeux, si quelques minutes plus tôt la mer lui avait fait sentir chez elle, le grand salon lui semblait étranger. Dépourvu de la plupart de leur anciennes affaires, le peu qu'il restait lui laissait un sentiment de faux, comme si toute sa vie n'avait été qu'une simple mascarade, un mensonge. La brune secoua la tête, il faisait beau et au loin elle apercevait la côte, Erendis était absente et Estë était déterminée à la trouver, après tout elle était venue en week-end dans l'espoir de changer les idées de son aînée. Sortant sa baguette elle lança un rapide sort de 'traque' ayant aucune envie d'arpenter les pièces quasi vides de sa demeure. La sorcière descendit les escaliers qui menaient vers le laboratoire où sa sœur vivait h24, comme dans une grotte. L'obscurité la perdit pendant quelques secondes, mais maintenant habituée de la pièce elle continua à marcher doucement. « Erendis ? Erendis tu es là ? » Bien-sûr qu'elle savait où elle se trouvait, mais peut-être dormait-elle ? L'obscurité était encore maître mais les bougies murales offraient suffisamment de lumière pour que Estë distingue les différents obstacles. Par terre des grimoires s'entassaient, ouverts ou non, la brune en reconnu quelques uns qui avaient été objet d'études dans son cursus. Elle passa près la double page où les schémas de la prostate et d'un sternum du grimoire sur l’anatomie humaine y étaient dessinés.  A côté de sa sœur prônait un dolichocéphale, sans savoir si c'était une réplique ou non, Estë ne put s'empêcher de faire la grimace, comment Erendis pouvait travailler avec cela à côté d'elle ? Elle posa sa main sur les épaules de l'aînée pour annoncer son arrivée, avant de lever sa baguette. « Le temps est magnifique dehors. », elle ouvrit les volets d'un coup de baguette ayant l'impression de respirer pour la première fois qu'elle est rentrée dans la pièce. Le soleil faisait vraiment du bien. . « Je suis occupée Estë. »  Estë ne pouvait pas dire qu'elle était surprise, mais un peu déçue de la réponse de sa sœur. Elle laissa un sourire apparaître sur son visage avant de passer ses bras autour du cou de Erendis, l'enveloppant de son corps. « Ereeeen, je ne t'ai presque pas vu du week-end ! On a du soleil, on devrait en profiter non ? » Elle lui planta un bisou sur la joue avant de poser sa tête sur la sienne. « On pourrait aller sur notre rocher, tu ne refuses jamais d'y aller, ça nous fera du bien. », Estë espérait une réponse positif et elle venait un peu de poser son ultime jeu.  Au coin du bureau elle observa l'ancienne écriture de son père sur un carnet jauni, rapide et élégante l'inscription "l'enfer a été fait pour les curieux" y été présente. Fronçant des sourcils, elle se demanda pourquoi il n'avait pas été emmené, mais sûrement il ne représentait aucun lien avec la magie noire. Benoît avait été présent lors de la perquisition, mais s'il avait montré son soutient, il avait été méticuleux lui et son équipe, à tout emmener d’anticonstitutionnellement chez eux. « S'il te plaît Eren, cela fait longtemps, ça me manque. », à tout instant elle avait peur que Erendis lui sorte encore "Nul ne naît appris et instruit", comme elle lui avait souvent dit, comme une excuse pour continuer à s'enfermer. Mais Estë lui avait laissé suffisamment de temps à elle et si un dicton disait "les amis sont des voleurs de temps", la cadette était déterminée à voler celui de sa sœur, seulement cela serait plus sauver son temps que de le voler. Après tout, elle savait ô combien l'aînée des Doriath aimait la Bretagne, surtout sous le soleil. Elle se demanda si elle nommait, Daphné sa sœur réagirait enfin ? Puis elle se mordit la lèvre, elle ne voulait pas attiser un quelconque sentiment négatif chez sa sœur, après tout Magaret lui avait une fois "Il y a dans la jalousie plus d'amour-propre que d'amour, n'oubliez jamais cela mademoiselle.", non qu'elle affirmait que Erendis ressentait de la jalousie envers sa meilleure amie, à vrai dire leur relation avait toujours été floue pour elle, incompréhensible. Mais elle refusait que sa sœur soit aveuglée par un mauvais sentiment, à la place elle était déterminée à qu'elle se sente à nouveau aimé. Estë serra un peu ses bras autour de sa sœur, confiante qu'ensemble tout s’arrangera.


(c) Illmarë

_________________

You call me child, weak, naive. Oh, but sweetheart, I am a goddess, my blood is made of stardust and my heart of burning flames. my smile disharmed you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SWALLOWED WHOLE BY THE DARKNESS
avatar
❝ HIBOUX : 205
❝ AUTRES VISAGES : elanor beauregard
❝ CÔTE DE POPULARITE : 829
❝ MIROIR : katie mcgrath
❝ CREDITS : hepburns & faymcwrath & sign by endlesslove
❝ ÂGE : 25 ans
❝ STATUT SOCIAL : reine déchue de son propre royaume, elle n'a plus rien que la pureté de son sang et les échos meurtriers de son nom.
❝ OCCUPATION : étudiante rubissane en dernière année dans le parcours scientifique, présidente du cercle de la rosière.



(here in the shadow, here i am and i need someone by my side. it becomes so hard to stand and i keep trying to dry my eyes. come and find me in the valley.) Les douces mains de sa sœur se posent sur son épaule, la font frémir. Mélange de peur et de surprise, elle ferme les yeux, reprend le contrôle de sa respiration. L’air lui brûle le sternum, son cœur se serre tandis que la petite Estë ressert son étreinte autour de son cou. Elle regarde vers la fenêtre, constatant de ses propres yeux qu’en effet le soleil brillait dehors. Le temps était idéal pour une promenade au bord de l’océan, sur les falaises de leur enfance. Des rochers à perte de vue, l’eau à leurs pieds, le bruit incessant des vagues se fracassant au bas des falaises, l’air marin qui leur pique le nez, le vent emmêlant leurs cheveux. Elle se souvenait de ces moments innocents qui n’appartenaient qu’à elles. Les sœurs Doriath, inséparables petites créatures qui parcouraient les sentiers de leur Bretagne natale. A cette époque insouciante, le monde leur appartenait. Petite reine en devenir, Erendis avait le regard fier, sûre d’elle et de ses pas. Aujourd’hui reine déchue, elle regarde son royaume lui être pris, le voit s’effriter, voler en éclats. Impuissante, elle observe le monde lui prendre tout ce qui devait lui appartenir. Tout ce qui lui appartenait déjà. Recluse, enfermée de force dans cette vielle bâtisse, elle s’éloignait d’avantage du monde des vivants en s’enfermant ici et dans sa tête. Il lui était de plus en plus difficile d’affronter le monde extérieur et tous ces regards hypocrites où la pitié pointait. Elle ne supportait plus les rapaces qui lui tournait autour, espérant la voir enfin à terre, déjà prêts à picorer dans son assiette, à l’achever une fois pour toute. Le monde n’avait plus rien à lui offrir. Pourtant, la tête haute, toujours, Erendis avançait, défiait quiconque osait la regarder trop longtemps. Fière jusqu’au bout des ongles, la folie tatouait sur le corps, elle avançait et continuerait jusqu’à ce que son sang coule sur les pavés. Soupirant, elle ferme les yeux une seconde, rien qu’une seconde. Un petit moment pour réfléchir, pour se laisser emporter loin du monde. Elle entend la supplication de sa sœur, soupire. Elle ouvre son grimoire où son écriture ronde se reconnait entre mille. « Nul ne naît appris et instruit. » Elle sent sa sœur desserrer son étreinte, probablement déçue d’entendre ces mots qu’elle avait entendu des millions de fois avant. La vérité fait toujours mal. « Mon travail est important Estë. » Elle répète son prénom comme si la lumière qui en émane aller la ramener vers le monde des vivants. Elle se raccroche à ce prénom, à sa petite étoile brillante qui, derrière elle, essaie encore de la convaincre. « S'il te plaît Eren, cela fait longtemps, ça me manque. » La plume cesse de gratter le papier. Elle suspend son mouvement, regarde par la fenêtre. Les secondes passent, le combat s’engage dans sa tête. Elle ne veut pas décevoir sa cadette, ne veut pas la voir souffrir d’avantage. Mère de substitution, Erendis avait embrassé ce rôle que la vie lui avait imposé. On ne se détourne pas de sa famille, de son sang. Avec un soupir, elle repose sa plume, ferme son grimoire et prend soin de l’enfermer lui et le carnet jaunit de leur père où l’écriture demeurait lisible. Une première clé fermait le tiroir de son vieux bureau et, sans besoin de formuler une quelconque incantation, Erendis ferma le tiroir d’un coup de baguette svelte. Sa sœur la serre dans ses bras, tente peut-être de lui faire comprendre que tout ira bien. Mensonges. Rien ne serait jamais plus comme avant. Rien ne pourrait s’arrangeait. « Je suppose qu’une brève promenade ne va pas affecter mes travaux. » Elle offre à sa sœur un petit sourire qui s’efface presque aussitôt. Sourire n’était plus dans ses habitudes, elle ignorait presque comment faire. Et elle se lève, regarde dans les yeux de sa sœur, y décèle un mélange de bonheur et de soulagement. « Dépêche-toi avant que je ne change d’avis ! »


_________________

    hopeless
    ALONE IS WHAT I HAVE. ALONE PROTECTS ME. but who knows what she spoke to the darkness, alone, in the bitter watches of the night, when all her life seemed shrinking, and the walls of her bower closing in about her, a hutch to trammel some wild thing in ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

i'm right there at your side (doriath sisters)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City
» hello from the other side. athéna
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» Changer ou amender la Constitution de 1987 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ad Astra :: Le Reste du Monde :: La France :: Habitations-