AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 « I had a dream so big and loud... » Hélène

Vers les étoiles, à travers les difficultés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hélène De Savignac
Hélène De Savignac
❝ HIBOUX : 210
❝ AUTRES VISAGES : Lauréline
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1495
❝ MIROIR : Zoella Sugg
❝ CREDITS : anaëlle.
❝ DIALOGUES : #003366
❝ ÂGE : ving-un ans
❝ STATUT SOCIAL : petite noblesse ~ Héritière du comté du Limousin
❝ OCCUPATION : 2ème année de Diadems en maîtrise de la magie chez les Saphiroy

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

HélèneGabrielleDe Savignac
« ...I jumped so high I touched the clouds. »
Carte d'identité NOM, PRÉNOM(S) • Hélène Gabrielle De Savignac Hélène, comme Hélène de Troie. Pour mon père il devait en être ainsi, je devais être la plus jolie petite comtesse, donc il fallait le prénom de la plus belle femme connue à ce jour. Gabrielle, comme le prénom de ma mère, seul héritage que j'ai d'elle, mais un des plus beaux. Concernant ma lignée, je suis une De Savignac, du comté du Limousin, du duché d'Aquitaine, oui m'sieurs-dames. Rien que ça.
AGE, NAISSANCE • vingt-un ans, un dix-huit mai, dans le château familial En ce jour, les murs du château ont entendu les premiers cris d'une enfant. Frêle mais robuste, c'est ce qu'on dit les médecins. Hélas, ils furent aussi témoins d'un drame familial.
NATIONALITÉ • toute française Avec une identité comme celle-ci, vous n'espérez tout de même pas que mes origines soient autres que françaises ?
ASCENDANCE • humaine Être moi est déjà bien assez compliqué en soit pour y ajouter une quelconque capacité qui ferait de moi un être hybride. Pas intéressée.
TITRE • petite noblesse Je suis l'unique enfant du Comte De Savignac, du comté du Limousin.
ANNÉE D’ÉTUDE ET CURSUS • diadems, maitrise de la magie Mon père voulait me voir en art et littérature. Ce que je lui ait bien sûr fait entendre jusqu'au dernier moment. Loin de moi l'idée de ne pas vouloir être la petite comtesse parfaite qu'il aimerait, mais j'ai d'autres ambitions, et ça passera plutôt par la maîtrise de la magie.
JOB ETUDIANT • sans emploi J'ai déjà pas mal à faire avec les cours, il n'est pas nécessaire d'en ajouter!
RESPONSABILITÉS, ACTIVITÉS PARASCOLAIRES • en reflexion J'ignore encore si je dois rejoindre l'une ou l'autre de ces activités. Pas la danse, c'est certain, ni même la chorale. Mais j'hésite grandement pour le club de duel. Nous verrons à l'avenir.
ECRIN • choix 1 : (saphiroy) Bleue comme l'eau, parfois calme, et parfois déchainée, parfois clémente et parfois sans pitié. Toujours indécise quand au sujet de mon avenir. Dois-je être Hélène, petite princesse aux allures d'ange, prête à dorer le blason de la famille pour le paternel, ou bien Gabrielle, ange déchainé qui ne rêve que de liberté et de sortir de cette prison qu'est le protocole ? Si je fais le mauvais choix, pourrais-je revenir en arrière et avoir le droit de retourner dans le doit chemin. A la fois si prévisible et insaisissable dans certaines de mes manières.
Choix 2 : (rubissan)Mais rouge comme le feu, d'une chaleur apaisante et joyeuse, mais indomptable et brûlante de passion. Cette fameuse passion qui me pousse à défendre la veuve et l'orphelin contre leurs agresseurs. Mon seul problème c'est qu'entre fervents royalistes (comme mon père) et électron libre (comme l'était ma mère), j'ignore où trouver ma place. Ma franchise est bien souvent un problème devant l'une ou l'autre des factions.
PATRONUS • indécis Tant que je ne me suis pas trouvée moi même, je pense que mon patronus restera cette fameuse fumée blanche qui ne représente rien. C'est tout ce que j'ai su faire apparaître pour l'instant.
GROUPE • Petite Noblesse Héritière du comté du Limousin
Le protocole Hélène, c'est un sourire, une attention, une oreille. Jolie petite princesse aux yeux bleus, on peut le dire, gâtée par la nature, de naissance comme de visage. Si elle aime en jouer auprès de la gente masculine, elle ne se réserve que pour l'unique, toujours en cours de recherche. Mais c'est aussi la foudre qui s'abat sur vous, par cette gifle qui raisonne encore dans les murs du château, ou par cette froideur dans ces mots si vous n'êtes pas dans ses petits papiers. Attention à ses deux pieds gauche, et ne vous fiez jamais à son sens de l'orientation plus que pitoyable. Attachée à la cause animale (elle en possède elle-même une cinquantaine), elle ne sait cependant pas se placer pour la cause humaine. Elle n'est pas contre le système en place, mais n'est pas non plus en désaccord avec les idées révolutionnaires. Entre sécurité et égalité, son cœur balance. Plutôt garçon manqué dans sa jeunesse, elle n'hésite pas à se mêler aux batailles et prends partie pour la cause qu'elle estime la plus juste. Fille unique du compte du Limousin, elle a grandi avec les enfants du duché, son père étant l'aubin du Duc De Colnet. Elle étudie en Diadems, cursus Maitrise de la Magie, n'a pour l'instant pas d'options mais se laisserait bien tentée par les duels.

Les notes de la duchesse La charmeuse, l'impulsive, la liberté, la sensibilité, la méthodique, la belliqueuse, la juste, la désinvolte, la sincère, l'intuitive, la maladroite, la joyeuse, la tempétueuse, l'observatrice, la provocatrice, la passionnée, l'impatiente, la clémence, la calculatrice, le charme, la lunatique Numéro 1 • LE GARÇON MANQUÉ ; Il fut un temps, celui où mon père ne me forçait pas à porter des chiffons et des dentelles où je m'habillais à la garçonne, cheveux courts et épée en bois. Les dernières volontés de ma mère étaient de ne pas me brimer jusqu'au temps des études, il est vrai que j'ai donc été un peu libre. Je préférais me battre à l'épée, courir et sauter que de jouer à la dinette et faire du crochet. Puis j'ai grandi avec des garçons, il était plus facile de se faire respecter en étant considérée comme l'une des leurs et non pas comme une pauvre et frêle enfant féminine. Numéro 2 • GABRIELLE ; Je n'ai jamais connu ma mère, et le seul souvenir que j'ai d'elle est ce prénom qui m'a été donné en second lieu. Aussi pour me rapprocher d'elle, j'ai un temps oublié Hélène et je me suis faite appelée Gabrielle, plus ou moins jusqu'à ce que mon précepteur ne cesse de me rabâcher mon véritable prénom et que je m'y fasse. Si aujourd'hui, je suis pour tous Hélène De Savignac, il n'en restera pas qu'un temps, on me connaissait sous le prénom de Gabrielle. Numéro 3 • ANIMALERIE ; J'aime les animaux. En vérité, à partir du moment où je me suis retrouvée enfermée dans le domaine jusqu'à mes quinze ans, ils ont été ma seule source de réconfort, mon père étant très souvent absent. En tout et pour tout j'ai six chiens, dix-huit chats, une volière pleine d'oiseaux de tout pays qu'on ne les compte plus, trois chevaux, un aquarium avec une vingtaine de poissons, quelques poules et canards, un âne et une hermine. Si je devais tous vous les nommer j'y passerai du temps. Mais je les aime tous toujours autant, qu'ils soient à poils ou à plumes. Numéro 4 • PIED GAUCHE ; Généralement, un matin sur trois, je ne suis pas levée du bon pied et je fais vivre un enfer à qui me parle sans que j'ai pu me réveiller correctement. Le soucis, c'est que cela peut très bien durer jusqu'au lendemain matin. Du coup, maintenant quand je me lève, j'essaye de poser le pied droit à terre en premier, mais comme je suis toujours en retard, c'est jamais facile. Mais mon pied gauche déteint aussi sur mon pied droit. Sous entendu, je trébuche sur tout et n'importe quoi et j'ai un centre de gravité très approximatif. Il n'est pas rare que même s'il n'y a rien pour me faire tomber, je m'emmêle les pinceaux toute seule et que je finisse le nez contre le plancher. C'est d'ailleurs pour ça que je suis une très mauvaise danseuse. Numéro 5 • VOIX D'ANGE ; A contrario de la danse, on me dit que je chante très bien. Je suis d'ailleurs très souvent en train de fredonner musique classique ou plus récente, paroles ou non. On a plusieurs fois tenté de me faire rentrer dans la chorale, mais loin de moi l'idée de prêter ma voix à un groupe. Et puis soyons francs, j'aime le fait qu'on m'envie quelque chose et qu'on cherche à m'intégrer quelque part pour une de mes qualités. Je n'ai pas l'intention d'y rentrer dans cette fichue chorale, mais j'aime bien l'idée de les faire désirer. Numéro 6 • PETITS BOBOS ; Je suis née avec une cuillère en argent dans la bouche et une épine dans le pied. Je me blesse souvent, si bien que le plus rare c'est de me voir sans un pansement, bandage ou plâtre. J'ai une petite cicatrice sur le front, dissimulée par mon épaisse chevelure, souvenir d'une chute de cheval. J'en ai aussi une sur le poignet, souvenir d'une opération pour remettre un os dans le droit chemin après une chute dans l'escalier. Bref, que de souvenirs gravés n'est ce pas ? Numéro 7 • LA PEUR ; Les fantômes. Oui, je vis dans un château, je suis une sorcière, j'en croise tous les jours, mais mon sang se glace quand j’entends "Histoire de fantômes", ou bien que j'en vois un me saluer. C'est dans ces moments que j'aimerai me transformer en un minuscule truc capable de se cacher dans un trou dans le mur, ou bien pouvoir me rendre invisible à volonté. Me retrouver entourée d'araignées ou de serpents ? Aucun problème ... mais pitié, pas les fantômes ! Numéro 8 • ORIENTATION ; Après six ans dans l'école, on ne se perd plus direz vous. Pas pour moi. Je pense que même une cuillère à café à plus de sens de l'orientation que moi. Je me perd dans le domaine familial déjà. Ça en devient quand même assez gênant. Et surtout, je suis de ceux qui se trouvent toujours au bon endroit au bon moment. Vous connaissez ce genre de personnes ? Toujours là où il ne faut pas. Une bataille? Je suis prise dedans. Un groupe puni pour une balade improvisée ? J'en suis, même si je ne connais personne. Je pense que je vais prendre un chien d'aveugle ... Que je vois ou non, je ne trouverais pas mon chemin de toutes manières ... Numéro 9 • LES RÊVES ; Une autre de mes fâcheuses tendances : je fais des rêves bizarres. Vous avez déjà vu votre enseignant de potions, flotter dans les airs en vous expliquant que si les murs étaient roses, ils se mettraient à parler en croate ? Bah moi, oui. Et franchement, maintenant que je le vois, je ne peux m'empêcher de rire. J'en aurai tellement d'autres à vous raconter, mais encore une fois ça prendrait bien trop de temps. Je pense que j'ai un peu trop d'imagination ! Numéro 10 • BIENSEANCE ; En face, je peux sembler être la parfaite petite princesse. Bien habillée, bien coiffée. Bon, ça le fait moins quand je retrousse mes manches pour coller une bonne claque à celui ou celle qui va me pousser à bout (et dieu seul sait que mes limites sont très proches). Et jamais vous ne m'avez vu quand je suis seule dans le privé. Fini les belles coiffures et les belles tenues. Rien ne vaut mon bon vieux jogging taché et déchiré, en chaussettes et vieux t-shirt trop grand. A quoi bon mettre une robe si je veux me rouler dans l'herbe, hein ? 

L'écrivain anonyme PSEUDO / PRÉNOM •  Aëliya - Lily. ÂGE • vingt-sept ans. PRÉSENCE • 5-6 / 7 jours. COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM • par messire François   « I had a dream so big and loud... » Hélène 1164066975  . COMMENTAIRE(S) • C'est de toute beauté. AVATAR • Zoella Sugg. CREDITS • Kaiji MOT DE LA FIN • fin.
Revenir en haut Aller en bas
Hélène De Savignac
Hélène De Savignac
❝ HIBOUX : 210
❝ AUTRES VISAGES : Lauréline
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1495
❝ MIROIR : Zoella Sugg
❝ CREDITS : anaëlle.
❝ DIALOGUES : #003366
❝ ÂGE : ving-un ans
❝ STATUT SOCIAL : petite noblesse ~ Héritière du comté du Limousin
❝ OCCUPATION : 2ème année de Diadems en maîtrise de la magie chez les Saphiroy

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Les allégories princières
« Et les soirs où l'enfant joue et sourit, de joie aussi la lune s'arrondit »

« I had a dream so big and loud... » Hélène 1462974092001706000
J'enviais ces fils de ducs d'avoir de si belles bêtes. Je les trouvais tellement gracieuses et d'un calme apaisant. La main posée sur le museau d'un bel étalon à la robe blanche, je me laissais penser qu'il ferait tout aussi bien dans nos propres écuries. Mon père, comte du Limousin servait grassement le duc d'Aquitaine.  J'avais perdu ma mère le jour de ma naissance. Ce qu'on a pas ne nous manque pas dit-on, mais je me sentais tout de même très seule. Mon père m'emmenait avec lui très souvent chez les De Colnet dont il était l'aubin. J'ai grandi avec leurs trois garçons, et hors de question d'être considérée comme une fille à côté d'eux. J'avais donc pantalons, cheveux courts et activités plutôt masculines. Les cheveux c'était difficile pour mon père, mais j'avais trouvé une solution : le chewing-gum. J'en mettais exprès dans mes cheveux quand je les jugeais trop longs pour garder une coupe courte. Pareillement, j'avais dis adieu à Hélène et je me faisais appeler Gabrielle, prénom pouvant passer pour masculin. Ma rêverie fut interrompue par des cris. J'arrivais à distinguer quelques mots du genre "Reviens" et quelques rires plus enfantins qu'autre chose. Dans l'écurie déboulait en courant un gamin, pas plus âgé que moi, suivit par deux autres. Manque de chance, je laissais trainer mon pied, il se prit les siens dedans et s'étalait comme un moins que rien dans le foin devant lui. Les deux autres arrivant, je me suis déplacée pour le cacher à leur vue. « As-tu vu notre frère Gabriel ? » demandait l'aîné. Je secouais la tête négativement. Tristan repartit bredouille pendant que, sous la paille s'étouffaient quelques rires. Avec une main tendue, je le tirais de la, alors qu'il éternuait à n'en plus pouvoir. Je l'aidais à se débarrasser des quelques brindilles de foin subsistant sur ses vêtements et dans ses cheveux. Nous avions six ans. « Ton croche-pied, c'était pas obligatoire quand même. » « C'était ça ou le temps que ton frère arrive tu perdais la partie. On dit merci à qui ? » « Mouais ... Tu viens, on va jouer à la guerre près de la rivière ! » François attrapait ma main et nous avons couru quelques centaines de mètres avant d'arriver au point de bataille. « Moi je fais le roi, et toi, tu fais le méchant qui veut prendre sa place » Je croisais mes bras sur ma poitrine. « Et pourquoi c'est toujours moi qui fait le méchant ? » « Bah parce que c'est chez moi. Quand j'irai chez toi, on jouera à la guerre aussi et tu feras le roi si tu veux. » Je réfléchissais quelques instants. Il était clair qu'avec un père aubin pour sa famille, il ne viendrait jamais chez moi. Je serai donc toujours la méchante. Enfin le méchant. Et avant qu'il n'ait pu dégainer son épée de bois, je levais mon poing pour le faire atterrir dans son nez. Je n'avais pas assez de force pour lui casser, mais visiblement assez pour le faire se replier au sol. « Aïe ... tu m'as fait mal Gabe ! » « Bah, tu as jamais dit que je devais prévenir quand j'attaquais ! » « VENGEANCE ! » Les bras levés, je l'ai vu courir vers moi, et je me suis enfuie aussitôt. Et dites moi juste, y'a combien de chance pour que sur mon chemin, je me prenne les pieds dans la seule pierre apparente. S'en suivit une chute des plus monumentales avec roulé-boulé, cascade, et crac ... aïe la jambe. Sonnée, je n'ai pas réussi à me relever tout de suite. Puis ma jambe s'est mise à me faire extrêmement mal ! Je posais une main dessus, comme si j'étais capable de contenir la douleur. « Gabriel !! Ça va ! Gabriel !! » J'ai mis quelques secondes avant de le regarder, les yeux pleins de larmes. Je ne voulais pas pleurer, pleurer c'était pour les filles (bien que j'en sois une), alors je laissais les larmes sortir en silence, serrant les dents. « Je vais chercher de l'aide, ne bouges pas ... heu non ... viens avec moi, monte sur mon dos ! » Je ne sais pas combien de temps on a mis à remonter au domicile des De Colnet. Un enfant de six ans, en portant un autre sur son dos pendant plusieurs centaines de mètres. Il a dut faire plusieurs poses, mais François à tenu jusqu'au bout. Nous voyant ainsi, nos pères nous ont rejoint, le mien libérant François de son fardeau. Depuis ce jour où je suis rentrée à la maison pour me faire soigner, je ne suis jamais retournée au domaine des De Colnet. Mon père avait jugé qu'il était temps que je reste à ma place de demoiselle de maison. Le lendemain, mes pantalons avaient été remplacés par des robes, et on avait prohibé les chewing-gums dans le domaine De Savignac.

9H45 - « Que peux-t-on en déduire ? » Le précepteur me regardait avec des yeux plissés. Je voyais mal derrière ses lunettes, mais je savais que si je ne donnais pas la bonne réponse, je devrais plancher sur ce bouquin pendant encore des jours durant. « Que monsieur Argan était un crétin ? » « Mademoiselle Hélène ! » Outré, l'homme était passé des yeux plissés aux yeux ronds, la bouche ouverte à un point qu'on pouvait y glisser un œuf. « Quoi ? C'est vrai, on pourrai lui donner une pièce en chocolat et lui faire croire que c'est une pièce d'or. C'est un abruti. » « Pesez vos mots mademoiselle, il n'est guère correct d'entendre cela venant de la bouche d'une jeune fille de votre rang ! » Je soupirais, m'enfonçant dans mon siège qui manqua de tomber à la renverse. Être fille de comte était sensé être moins pesant que fille de roi et pourtant, j'avais l'impression que c'était pire. Mon père était encore parti faire la cour au Duc d'Aquitaine, Charles de Colnet. Depuis des années, je vivais près des précepteurs et autres professeurs de bienséance pour apprendre à être une jeune fille comme il faut. Mon regard se laissa porter par la fenêtre. Qu'elles me semblaient loin ces années où je pouvais librement courir dans l'herbe. L'homme sévère ne semblait pas aimer ma nouvelle position. Lasse, je me redressais, chassant d'un geste de la main les plis de ma robe satinée. D'un air faussement intéressée, je retournais aux dires de monsieur Molière. Fort heureusement, on toquait à la porte à l'instant même ou l'enseignant ouvrait la bouche. D'une élégance simple mais sûre, ma gouvernante interrompit ma séance. « Le prochain professeur de mademoiselle est arrivé. » J'ai voulu me lever très rapidement, mais vu la tête de mon professeur de littérature, je pris sur moi pour le faire comme la petite demoiselle parfaite. Levée, une salutation, et je tournais les pieds, accélérant mon allure au fur et à mesure que la porte se rapprochait. Celle-ci dépassée et refermée, je m'adossais contre le mur en soupirant. « Vous savez Germaine, c'est pas facile d'être fille de comte. Quel est mon prochain cours ? » La gouvernante me fit un signe pour que je la suive, un léger sourire sur ses lèvres fines. « Une surprise de votre père, mademoiselle Hélène. » J'en avais souvent, et j'avais hâte de savoir ce qu'il m'avait préparé comme nouvelle surprise. Je pense que c'était sa manière de se faire pardonner de ne jamais être là, sauf pour les très grandes occasions. Au rez de chaussée de la demeure, ma gouvernante me laissait entrer dans une grande pièce au parquet craquant. Un piano et deux hommes étaient seuls présents au cœur de celle-ci. « C'est quoi ça ? » Je commençais à prendre un peu peur. « Un professeur de danse mademoiselle. Votre père à souligné votre entrée à Beaubâtons d'ici un an et il a jugé bon de vous enseigner cet art pour vos prochains bals. N'est ce pas une bonne chose ? » Heu ... est-ce que je peux répondre non et partir en courant ? Hélas, je n'ai pas l'impression. Ce moment restera à jamais comme l'un de mes pires souvenirs. Avec mes deux pieds gauches, j'ai passé les deux heures suivantes au sol, avec les deux chevilles tordues. Danser ? Non ... vraiment pas pour moi. Merci père !

Aujourd'hui, j'ai seize ans. Ce n'est pas mon anniversaire hein, c'est juste pour situer la date, bref. Mon père m'avait offert un journal afin d'y confiner des histoires à lui raconter quand je reviendrai le voir. Il n'avait rien d'intime, j'y déballais juste ce que j'avais sous mes yeux, et comme nous venions d'entrer, il était surtout très vierge. Assise sur les marches d'un des nombreux escaliers du lieu, je n'avais pas compté sur la présence d'un petit rigolo de fils de je ne sais quoi, qui venait de l'étranger pour s'en emparer. Je l'ai rattrapé au détour d'un couloir, mais il a bien entendu nié avec force, malgré un large sourire. S'en suivit une course poursuite bien loin des convenances, mais il me fallait récupérer mon bien. Le filou s'est enfui direction la salle de duel ou certains élèves s'entraînaient. Peut-être pensait-il que la foule retiendrait mes ardeurs ! « Tu n'es qu'un sale voleur ! Ne t'abaisse pas à mentir en plus de ça ! Rend moi mon livre !! Ou sinon ...» « Sinon quoi ? » Ça l'amusait en plus, surtout qu'il avait un large public maintenant. Pas effrayée, j'envoyais ma main sur sa joue, qui claqua dans un bruit fort et aïgu. Mon regard défiait encore le sien, et mes joues se tintait du rouge de la colère. « Tu vas me le payer De Savignac ! » Un pas vers moi il avait fait, mais il fut rapidement stoppé par l'arrivée d'un des spectateurs de la pièce. Je ne l'avais pas vu, mais je n'ai eu aucun mal à le reconnaître. Mon père vouait un culte à cette famille. François De Colnet. Il était plus petit que mon voleur, mais sa prestance n'était égalable nulle part. « Comme c'est mignon, il vient défendre sa petite copine » L'étranger blond se moquait, espérant sans doute attirer par sa boutade une partie de l'assemblée. Je faisais un pas vers lui, histoire de lui répéter ma façon de penser, mais François eut un geste de la main qui eut pour effet de faire taire tout le monde, rires et commérages et également de m'arrêter dans ma lancée. Puis, l'étranger poussa De Colnet en arrière, dans un geste de provocation. Encore une fois, je ne sais pas si j'avais une bonne étoile, mais il me marcha sur les pieds. Il avait grossi depuis la dernière fois que c'était arrivé ! La salle était toujours silencieuse que ça en devenait pesant. « Je suis de bonne humeur aujourd'hui alors saches que je te pardonne ce que tu viens de faire... » François le rompit, bien vite imité par son interlocuteur ! « J'ai pas besoin de ton pardon morveux sais-tu qui je suis ? » « Sans aucun doute un riche héritier, au vu de tes vêtements et de ton langage corporel mais, tu n'es pas français sinon tu ne serais jamais allé à mon encontre à moins que tu es des tendances suicidaires ce dont je doute fortement. » « Qui que tu sois tiens ta copine en laisse ou elle risque de s'attirer des ennuis si tu vois ce que je veux dire. » Par dessus l'épaule du duc, j'essayais de voir la tête de l'étranger. J'étais hélas bien trop petite, et on ne pouvait pas dire que j'arriverai à effrayer ses cheveux avec mon regard noir. En plus j'avais mal au pied ! Les brouhaha reprenaient. Une nouvelle menace sortait de la bouche du blond. un nouveau geste de la main du duc et une nouvelle fois, le silence pesant s'était réinstallé dans la pièce. Une nouvelle joute verbale du duc, puis il tournait autour de lui tel un vautour. Il m'impressionnait en fait. Je me doutais que je le retrouverais à Beauxbâtons, mais j'aurai préféré d'autres circonstances ! Perdue dans mes pensées, les rires de mes camardes me ramenèrent à la raison. François chuchotait quelque chose d'inaudible à l'oreille de la chose blonde qui s'était retrouvé en caleçon. Je ne pus m'empêcher de laisser échapper un rire moqueur, comme ceux de l'assemblée. Rouge de honte, le blond laissa tomber mon trésor (en vérité on appelle ça jeter mais passons) à mes pieds, et tant bien que mal quittait la salle d'escrime.


Après avoir ramassé mon précieux ouvrage, je cherchais le De Colnet des yeux. Un tour dans la pièce et je n’eus aucun mal à le voir proche de la sortie, accompagné d'un autre, et me faisant signe de les rejoindre. « Merci, mais je n'avais pas besoin de ton aide. J'aurai pu m'en sortir seule. » avais-je dit à peine la porte refermée. Il se mit à rire, ce que je ne comprenais pas vraiment. Les yeux fixés sur lui, j'attendais une explication qui, je le savais déjà ne me plairait pas.  « Bien sûr que tu avais besoin de mon aide De Savignac mais, à l'avenir évite de foncer tête baissée, ça pourrait t'éviter des ennuis ». Alors qu'il gobait une friandise, j'ouvrais la bouche, interloquée. Pour qui il se prenait ? ... ... ah oui ... Le fils De Colnet, j'oubliais ! « Au fait, voici Nicolas c'est ce qui se rapproche le plus du terme ami ». Le pauvre, je plaignais déjà le jeune homme qui semblait bien plus posé que François. « Hélène de Savignac. » me présentais-je accompagné d'un signe de tête, et ramenais bien vite mon attention sur le goinfre. C'était dégoûtant. « J'vois que tu n'as pas changé ... » « T'as vu elle manque pas de toupet la gamine, il t'as fallut combien de temps à toi pour me tutoyer ? 3 4 ans non ? » J'en étais sûre. Le grand François De Colnet ne connaissait pas très bien tous ses sujets. Une main sur le front alors que je secouais la tête négativement, soupirant de désespoir, je le laissais continuer, approuvant enfin chaque mot. « Le seul De Savignac que je connaisse se nomme Gabriel et je n'ai strictement aucun souvenir de toi » « Gabriel-le ! Pas Gabriel. » « Hélène Gabrielle de Savignac. Tu t'es jamais demandé pourquoi contrairement à tes frères et toi, je ne polluais pas la rivière de mes urines ? C'était Gabriel-le !! » Je ne laissais aucune pause entre ses mots et les miens. Après, je ne pouvais pas non plus lui reprocher de ne pas avoir remarqué. Je jouais aux jeux de garçons, cheveux courts et ainsi de suite. Je n'avait rien de Gabrielle, mais tout de Gabriel. Il s'était stoppé. J'avais même l'impression que sa respiration s'était tue. Il s'approcha et attrapa mes cheveux pour les rabattre sur ma tête, mimant ainsi une coupe courte ... enfin ... dans ma tête je ressemblais surtout à rien. « Oh et moi qui te pensais mort euh morte du coup, tu aurais au moins pu envoyer un hibou. Et sache que nous n'urinions pas dans cette foutue rivière, nous cherchions à savoir si l'eau finirai par se teinter. » Je tentais de remettre de l'ordre dans ma chevelure pendant qu'il parlait. Je m'étais faite aux cheveux longs, mais je ne supportais pas qu'ils soient emmêlés. J'haussais un sourcil. J'aurai pu envoyer un hibou ? Et lui alors ? Au souvenir de leurs expériences foireuses, je souriais légèrement. J'en avais peu, mais ces souvenirs m'étaient précieux. « Parce que toi, des hiboux, tu n'en avais pas bien sûr ! » J'esquissais un léger sourire. Contente de le retrouver finalement après toutes ces années passées sans nouvelles. « Et on ne meurt pas d'une jambe cassée. Pas besoin de faire des expériences foireuses. » Je jetais un œil à son ami, puis revenais vers lui. « Je vais vous laisser. Vous devez avoir des choses à faire. Merci encore. » Je pliais les genoux en guise de salutation, puis, tête haute, je les dépassais. Notre complicité n'était plus d'actualité avec François. Il avait vécu bien d'autres choses, tout comme moi de mon côté. Et puis nous en vivrons d'autres. Finalement, marcher la tête haute, ce n'était pas terrible. Je me pris les pieds dans je ne sais quoi (rien peut-être), et je me suis rattrapée tant bien que mal au mur. Je n'avais pas chuté, mais ce n'était pas loin. Après avoir remis en ordre cheveux et robe, je jetais un dernier regard sur mon ami d'enfance. « Tu vois, y'a pas grand chose qui change finalement. » Puis définitivement, je tournais les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Jules Cavalieri
Jules Cavalieri
❝ HIBOUX : 435
❝ AUTRES VISAGES : Maxence
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1716
❝ MIROIR : Iwan Rheon
❝ CREDITS : Sweet Disaster
❝ DIALOGUES : midnightblue
❝ ÂGE : 29 ans
❝ STATUT SOCIAL : héritier du comté de Corse
❝ OCCUPATION : professeur de Prévention contre la magie noire

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Rebienvenue avec ce personnage trop cool ainsi. :hehe: Je vais la traumatiser en cours la petiote. « I had a dream so big and loud... » Hélène 3785025955
Revenir en haut Aller en bas
Hélène De Savignac
Hélène De Savignac
❝ HIBOUX : 210
❝ AUTRES VISAGES : Lauréline
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1495
❝ MIROIR : Zoella Sugg
❝ CREDITS : anaëlle.
❝ DIALOGUES : #003366
❝ ÂGE : ving-un ans
❝ STATUT SOCIAL : petite noblesse ~ Héritière du comté du Limousin
❝ OCCUPATION : 2ème année de Diadems en maîtrise de la magie chez les Saphiroy

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Merci « I had a dream so big and loud... » Hélène 3744472455

Et non !! Traumatise pas :cache: ... Elle est déjà assez traumatisée par les précepteurs qu'elle a eu :dent:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Bienvenue. I love you Ca fait bizarre de voir Zoe sur un forum, je ne l'avais jamais vue. brille En tout cas Hélène a l'air d'être un sacré énergumène, j'adore ce que j'ai déjà lu et j'ai hâte de voir la suite. « I had a dream so big and loud... » Hélène 3312731127
Revenir en haut Aller en bas
Agathe De Fontenelle
Agathe De Fontenelle
❝ HIBOUX : 354
❝ AUTRES VISAGES : mahaut + (présentationmalleinstatéléphone)
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1618
❝ MIROIR : magdalena zalejska.
❝ CREDITS : eddm (avatar) & cesbeautes (gifs) & red.balloon (sign).
❝ DIALOGUES : #BC8F8F
❝ ÂGE : seize ans.
❝ STATUT SOCIAL : petite noblesse, troisième héritière du comté de camargue, en "couple" avec achille.
❝ OCCUPATION : saphiroy, première année de bases magiques.

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Bienvenue à nouveau. « I had a dream so big and loud... » Hélène 1060857654 J'ai lu le début de ta fiche, et ta miss a l'air très attachante « I had a dream so big and loud... » Hélène 3312731127.

_________________


girls like girls like boys do
Stealin' kisses from your misses, Does it make you freak out? Got you fussing, got you worried, Scared to let your guard down. Girls like girls like boys do, Nothing new ◊ RED.BALLOON
Revenir en haut Aller en bas
Hélène De Savignac
Hélène De Savignac
❝ HIBOUX : 210
❝ AUTRES VISAGES : Lauréline
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1495
❝ MIROIR : Zoella Sugg
❝ CREDITS : anaëlle.
❝ DIALOGUES : #003366
❝ ÂGE : ving-un ans
❝ STATUT SOCIAL : petite noblesse ~ Héritière du comté du Limousin
❝ OCCUPATION : 2ème année de Diadems en maîtrise de la magie chez les Saphiroy

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Merci beaucoup à vous deux « I had a dream so big and loud... » Hélène 1683917914

Ange : Elle est pourtant tellement mignonne qu'elle mériterait d'être vue plus souvent ! Contente qu'elle te plaise ma demoiselle « I had a dream so big and loud... » Hélène 1729573392

Agathe : Elle l'est :cache: ! J'espère que la suite te plaira aussi ! « I had a dream so big and loud... » Hélène 3744472455
Revenir en haut Aller en bas
Cassian Noirclère
Cassian Noirclère
❝ HIBOUX : 432
❝ AUTRES VISAGES : Ma schizophrénie
❖ Alistair Valmont. l'hybride au charme hypnotique.
❖ Calixte de Rosemonde. le jeune musicien sourd, perturbé par ses visions.
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1730
❝ MIROIR : Vini Uehara
❝ CREDITS : © Leïlan
❝ DIALOGUES : #9966cc
❝ ÂGE : Vingt-cinq ans
❝ STATUT SOCIAL : Haute noblesse, Duché de Lorraine.
❝ OCCUPATION : Saphiroy en dernière année à Beauxbâtons, en parcours scientifique. Futur alchimiste au ministère des ombres.

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Super choix d'avatar « I had a dream so big and loud... » Hélène 3785025955
Bienvenue parmi nous « I had a dream so big and loud... » Hélène 3312731127
Hélène est adorable « I had a dream so big and loud... » Hélène 1060857654

_________________

Because there's what I believe and then there's you.
Entre nous deux. Entre les feux. Entre les non dits de tes yeux. Entre les coups. Entre les clous. Entre les fous. Puis entre nous. Entre le printemps et l’hiver, ce qui nous blesse ce qui est cher. Entre les fêtes et les défaites. Entre les temps et les tempêtes. [..] Faut s’oublier, s’évader, se réchauffer, avec des mots d’amour. S’oublier, se déchirer, s’embrasser, comme au dernier jour. • Saez. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Hélène De Savignac
Hélène De Savignac
❝ HIBOUX : 210
❝ AUTRES VISAGES : Lauréline
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1495
❝ MIROIR : Zoella Sugg
❝ CREDITS : anaëlle.
❝ DIALOGUES : #003366
❝ ÂGE : ving-un ans
❝ STATUT SOCIAL : petite noblesse ~ Héritière du comté du Limousin
❝ OCCUPATION : 2ème année de Diadems en maîtrise de la magie chez les Saphiroy

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Merci beaucoup « I had a dream so big and loud... » Hélène 3744472455

Je suis contente qu'elle plaise, j'avais peur de m'être un peu égarée et que ma présentation ne soit pas "suivable" (oo)

Merci encore :hihi:
Revenir en haut Aller en bas
Elysée L. Berthelot
You don't mess with LOVE, you mess with the TRUTH.
Elysée L. Berthelot
❝ HIBOUX : 1142
❝ AUTRES VISAGES : Valentine de Boisbleau
❝ CÔTE DE POPULARITE : 2645
❝ MIROIR : Leighton Meester.
❝ CREDITS : Everdeen, Tumblr, Wild Hunger.
❝ DIALOGUES : indianred
❝ ÂGE : Vingt-quatre ans.
❝ STATUT SOCIAL : Petite Noblesse (héritière du Comté d'Anjou).
❝ OCCUPATION : Beauxbâtons, en huitième année. Parcours social et politique. Comice Rubissane et membre du Cercle de la Rosière.

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Félicitations & bienvenue

Tout d'abord, rebienvenue officiellement « I had a dream so big and loud... » Hélène 2852361540 J'aime beaucoup Hélène, j'ai beaucoup ri en lisant ta fiche, elle est un sacré énergumène, en effet « I had a dream so big and loud... » Hélène 1588408449 Bon jeu parmi nous I love you La répartition ;
Merveille d’ingéniosité signée de la baguette de Nicolas Flamel, la Fontaine captive l’attention des étudiants qui l’encerclent. De son fond parsemé de mille pierres chatoyantes aux miroitements nacrés de l'eau qui y ondoient sans discontinuer, elle est somptueusement imprégnée de la féérie, la beauté de Beauxbâtons, glorieuse Académie dont on t’a longuement vanté les mérites. Les pierres elles-mêmes, tu le sais, n’ont rien d’anodin : elles sont envoûtées, vouées à accompagner tout au long de leur scolarité les élèves auxquels elles reviendront de droit — de la cérémonie de leur répartition à l’obtention de leur ultime diplôme.
Dans un silence religieux, attentifs aux indications des enseignants, les adolescents observent ton avancée et, d’un pas assuré, tu te soumets à la magie de l'exquise Fontaine. C’est une sensation étrange : l’eau se reflète sur tes traits, elle te sonde, discerne ta personnalité. Au terme d’un moment de méditation, l’une des pierres se détache de ses consœurs et jaillit à la surface. Elle est tienne, symbole de l’écrin auquel tu appartiens désormais :Saphiroy. Tu n’as pas le temps de te pencher pour la saisir : sous tes yeux ébahis, l'esprit ancestral de la Fontaine se matérialise. Tu n’en distingues que la fine main, féminine, translucide et faite d'eau, qui te rejoint paume ouverte pour t’offrir sa pierre.

Te voilà officiellement élève à Beauxbâtons.

Et ensuite ?
Félicitations, tu as passé l'épreuve de la présentation avec brio ! Il est temps à présent de penser à quelques points essentiels : il te faut passer par la case fiche de relations [ portoloin ] et, bien sûr, vérifier que ton personnage est correctement répertorié dans les différents registres du forum. Tu peux également nous faire part de tes recherches [ portoloin ] et de tes [ scénario ]. En dehors du rp, tu appartiens désormais à l'équipe phénix : pour pimenter l'ambiance, rien de tel qu'un petit jeu de compétition, rapportez le plus de points à votre équipe afin de profiter de petites surprises, plus d'informations par ici [ portoloin ]. Pour finir, n'hésite pas à profiter des actualités et de la technomagie [ portloin] mise à ta disposition.

En cas de besoin, le staff se tient à ta disposition. Amuse-toi bien !

_________________

even angels have their demons.
I had made every single mistake that you could ever possibly make. I took and I took and I took what you gave but you never noticed that I was in pain. I knew what I wanted; I went in and got it. Did all the things that you said that I wouldn't. I told you that I would never be forgotten and all in spite of you. And I'm still breathing, I'm alive.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

« I had a dream so big and loud... » Hélène Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

« I had a dream so big and loud... » Hélène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Horse Dream RPG
» [UPTOBOX] Requiem for a Dream [DVDRiP]
» 07.[Robertson's] Let's get loud
» Lost, dream and love
» ej - I have a dream. I hope it will come true. You are here with me. And I am here with you. I wish that the earth, sea, and sky up above would send me someone to lava.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ad Astra :: Gestion des Personnages :: Le carrosse volant :: A dos d'abraxan-