AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 — mélancolie cruelle (tristan)

Vers les étoiles, à travers les difficultés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tristan de Colnet
Admin
Tristan de Colnet
❝ HIBOUX : 537
❝ AUTRES VISAGES : emma rosier
❝ CÔTE DE POPULARITE : 2165
❝ MIROIR : sam claflin.
❝ CREDITS : pevensie. (avatar) tumblr. (gifs)
❝ DIALOGUES : darkseagreen
❝ ÂGE : vingt-quatre ans.
❝ STATUT SOCIAL : noble, fils de duc, aspirant à succéder son père à la tête du duché.
❝ OCCUPATION : neuvième année, écrin de jade, cursus social et politique.

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

Tristan Eugène de Colnet
i think i'm moving but i go nowhere.
Carte d'identité NOM, PRÉNOM(S) • De Colnet, un nom connu pour sa proximité avec le pouvoir, les hommes de cette famille sont connus pour leur place proche de la couronne, on les dit prêts à de nombreux sacrifices pour leurs souverains, de véritables hommes de main en bien plus raffinés. Tout le monde sait qu'ils sont, depuis plusieurs générations, le bras droit du roi, tout le monde sait qu'ils arrangent les affaires de la famille royale mais personne n'est capable de dire ce qu'ils font exactement. Et surtout, cette famille est connue pour être noble et en possession depuis plusieurs décennies du duché le plus imposant de France : l'Aquitaine. Tristan, comme celui de la tragédie. Coïncidence troublante, il a été choisi pour interpréter ce même personnage lors de sa première année dans la troupe de théâtre. Quoiqu'il en soit, il fallait un prénom remarquable pour le premier né de la famille. Eugène, son second prénom porte la marque maternelle qui semble apprécier les prénoms commençant par "e" comme le prouvent les seconds prénoms de ses deux autres fils.
AGE, NAISSANCE • né le vingt-et-un juin, jour de l'été, jour symbole de joie durant lequel les moldus français fêtent depuis plusieurs années la musique. Jour où le soleil est à son zénith, comme un signe de grandeur, un signe que ce premier enfant brillerait. Il a désormais vingt-quatre ans. La tradition familiale veut que les de Colnet naissent à Bordeaux chef-lieu du duché, dans l'une des cliniques privées les plus réputées.
NATIONALITÉ • français.
ASCENDANCE • humain, le sang des de Colnet n'a jamais été souillé par une créature autre qu'humaine. Un hybride ne serait pas toléré au sein de cette lignée qui se vante d'être si pure et si noble depuis des décennies.
TITRE • noble depuis des générations, depuis que sa famille a acquit le duché d'Aquitaine. Tristan quant à lui se voit déjà futur duc, contrôlant le vaste empire terrien de sa famille. Normalement héritier direct puisqu'il est l'aîné, tout cela a été remis en cause par son père qui veut le meilleur pour lui succéder, ainsi, il est depuis quelques années maintenant en concurrence pour le duché avec ses deux frères cadets.
ANNÉE D’ÉTUDE ET CURSUS • neuvième année à Beauxbâtons, la dernière ligne droite, comme une évidence pour lui de poursuivre ses études jusqu'au plus éminent, au plus prestigieux grade. La pression des examens se fait sentir et il a réfléchi tout l'été au sujet qu'il aborderait dans sa thèse pour le cursus social et politique, choisi dans un but purement stratégique, pour satisfaire son père, et non par réelle vocation.
JOB ETUDIANT • aucun, nul besoin d'un emploi d'appoint quand on dispose de terres et de richesses comme les de Colnet.
RESPONSABILITÉS, ACTIVITÉS PARASCOLAIRES • membre du club de duels, la compétition lui plait beaucoup, elle le motive, le pousse à donner le meilleur. Les duels sont de bons moyens pour Tristan d'évacuer sa colère et également de perfectionner ses sortilèges. Il a fait partie du club de théâtre pendant un an avant d'arrêter. Ses amis de longue date ont également tenté de le convaincre de faire de la chasse mais impossible pour lui de monter sur un cheval sereinement.
ECRIN • choix 1 : écrin de jade, son sens aiguisé de la justice, malgré son rang a beaucoup influencé sa répartition. Une intelligence et une certaine patience sont aussi des caractéristiques d'un jadérial. Son côté coincé, noble trop pète-sec a aussi poussé la fontaine à l'envoyer dans l'écrin vert.  
Choix 2 : écrin de saphir, être toujours présentable, suivre le protocole et sauver les apparences, voilà les qualités d'un parfait saphirois. La ruse et l'intelligence, d'autres caractéristiques typiques des saphirois sont présentes chez le jeune de Colnet toutefois moins prononcées que le sens du charme et de l'élégance du jeune homme.  
PATRONUS • un griffon, symbole éloquent, une créature alliant le lion, majestueux, et l'aigle, puissant roi des airs, Tristan est fier de son patronus qu'il trouve particulièrement noble et synonyme de grandeur.
GROUPE • haute noblesse.
Le protocole un sourire en coin difficile à cerner, les mains tantôt dans les poches dans une posture décontractée, tantôt croisées sur son torse bombé. Une chevelure cuivrée parfois coiffée parfaitement, d'autres plutôt ébouriffée qui, dans tous les cas, ne trompe pas sur l'identité de son propriétaire. Des sourcils que certains soupçonnent d'être épilés (et le mystère perdure) et une barbe rasée de près. Quoiqu'il en soit, une apparence extrêmement contrôlée, soignée, réfléchie, pensée au millimètre. Comme un caméléon qui s'adapte aux situations : l'air détendu et nonchalant face à ses amis proches, l'allure droite et la mine sérieuse lorsqu'il a affaire à l'autorité, ou à son père. Un sourire carnassier pour ses ennemis, une moue moqueuse pour ceux qu'il apprécie.
On le dit noble, favorisé comme il l'est peu permis, bien élevé et charmant, doté de manières dignes du plus strict protocole. Et puis trop fier et trop snob, mielleux et fourbe. Paradoxal, tantôt sage et serviable puis blagueur, rusé et opportuniste. Difficile à cerner, il aime à jouer avec les masques, à montrer une facette puis à en changer. A valser entre les attitudes et les comportements selon ses interlocuteurs, on s'y perd et on ignore qui est le vrai Tristan de Colnet.

Les notes de la duchesse #apparences : charmant • charismatique • rempli d'humour • d'apparence coincé ; #orgueil : fier • égocentrique ; #valeurs : juste • droit • loyal • fidèle ; #ruse : fourbe • malicieux ; #esprit : intelligent • sage • bon élève • réfléchi • stratège ; #conformisme : plus suiveur que leader • à la fois discret et remarquable ; #méthodique : méticuleux • soigneux ; #qualités : optimiste • compréhensif ; #calme : taciturne • serein ; #mystère : secret, se confie peu • difficile à cerner. #01 de nature sceptique, Tristan est quelqu'un de très terre-à-terre qui ne croit que ce qu'il voit, il se qualifie lui même de rationnel, un véritable cartésien. • #02 occlumens, il a commencé à apprendre à fermer son esprit à l'âge précoce de huit ans. C'est sa mère qui lui a enseigné l'art de l'occlumancie, littéralement obsédée par l'idée que l'esprit de son fils soit parfaitement imperméable aux intrusions. Ce n'est qu'au bout de quatre ans que les premiers résultats se sont fait sentir et Tristan est parvenu a maîtrisé totalement la technique l'année de ses dix-sept ans. • #03 malgré les réticences de Charles, son épouse, la duchesse acceptait de lire des contes moldus à ses fils lorsqu'ils étaient petits. Tous les soirs, une nouvelle histoire féerique emportait les trois garçons vers le pays des princesses et de leurs chevaliers en armure. Tristan a ainsi été tétanisé par la Barbe Bleue, personnage effrayant imaginé par Charles Perraud, pendant de nombreuses années. • #04 Tristan a très mal vécu l'annonce d'un remaniement de la succession du duché d'Aquitaine. Il en veut à son père de le confronter à ses frères de cette manière. Bien qu'il garde sa rancœur pour lui, il s'est fait le serment de tout faire pour obtenir à la fois le duché et ses frères, il refuse de sacrifier sa famille pour son ambition. • #05 Tristan le sait : ses cheveux sont une arme de séduction. Une chevelure cuivrée, difficile à qualifier qui fait rêver les filles, beaucoup fantasment à l'idée de passer leurs doigts dans cette tignasse reconnaissable entre toutes et dont il prend grand soin. • #06 aîné de la famille, il a prit son rôle de grand frère rapidement et intensément à cœur. Prêt à tout pour ses frères même si les circonstances actuelles ne s'y prêtent pas. Aujourd'hui, l'un de ses plus grands regrets est bien de ne leur avoir jamais dit qu'il les aime. • #07 il a prit sa première cuite au whisky pur-feu, s'enfilant une demie bouteille à lui seul. Il a été si malade le lendemain qu'il s'est promis de ne jamais retoucher à cet alcool traître et écœurant, promesse qu'il a tenu jusqu'à présent. • #08 il a appris très tôt que le mariage de ses parents était arrangé, il a également découvert l'infidélité que son père avait commise, inconsciemment, il s'est ainsi forgé une idée de l'amour peu glorieuse, le poussant à rester célibataire sans attaches autant que possible. • #09 la chasse le répugne. Il a parfaitement conscience que tous les nobles adorent la chasse mais lui considère ce sport comme particulièrement cruel et refuse de le pratiquer, malgré les insistances de ses amis. • #10 royaliste, il ne trouve rien à redire au système actuel, sûrement parce qu'il se trouve du bon côté de la barrière. Malgré son intelligence et son sens de la justice, Tristan ne voit pas -ou refuse de voir- le gouffre qui sépare la noblesse des roturiers français. • #11 il a eu une tortue pour animal de compagnie, qu'il a appelée Germaine. Elle est restée deux ans avant de disparaître, certainement en s'enfouissant dans le jardin. • #12 bon duelliste, membre du club depuis sa première année à l'académie. La spécialité de Tristan ? Les sorts non-formulés qu'il tente de perfectionner. • #13 bien que ce ne soit pas une réelle phobie, Tristan craint le vide. C'est pourquoi il ne monte pas à cheval ou évite le vol du balai. Pour autant, il apprécie certains lieux en hauteur qu'offre l'académie et ne ressent pas d'angoisse lorsqu'il s'y trouve. • #14 s'il a un grand respect pour plusieurs personnes, comme son père ou le dauphin de France, la personne qu'il tient le plus en estime reste tout simplement sa mère dont il admire le courage et la douceur. • #15 Tristan est l'un des rares à connaître le secret le plus honteux de son père : la nuit passée avec une roturière qui travaillait pour la famille autrefois. Il est également l'un des seuls à connaître l'identité de la jeune fille qui est née de cette aventure : Capucine Lescieux. • #16 ancien membre du club de théâtre, Tristan a obtenu le premier rôle d'un spectacle qui l'a vite fait changer d'avis : la tragédie de Tristan et Isolde. S'il a dû rester jusqu'au spectacle, à défaut de trouver un remplaçant, il s'est empressé de quitter le club le jour suivant la représentation. • #17 dévoué, loyal, fidèle autant d'adjectifs que l'on peut attribuer à Tristan. Sans aller jusqu'à passer pour le gentil toutou des uns ou des autres, il est néanmoins un ami de taille, voire un allié dans les situations les plus délicates. • #18 malgré un engouement massif pour les nouvelles technologies, inspirées du monde moldu, Tristan n'y voit que peu d'intérêt. Il s'est inscrit sans grande motivation sur les réseaux sociaux, principalement dans une attitude de suiveur plus que par réel plaisir. • #19 il a choisi le parcours social et politique pour ses études, dans un premier temps pour satisfaire son père, puis il y a rapidement trouvé un but, un intérêt : celui de se tourner vers la justice magique. S'il n'est pas un grand passionné de droit, Tristan se voit toutefois bien à la Chancellerie, dont le rôle et les valeurs rejoignent ce qu'il défend. • #20 membre du quatuor royal, comme beaucoup l'appellent, ce groupe composé de Nolan Le Floch, Raphaël de Valverde et du dauphin, Marien Leblois lui-même. Pour autant, si Tristan apprécie ses camarades, copains de soirée, acolytes délirants, il a dû mal à les voir comme de véritables amis, trop méfiant, trop sceptique et persuadé que le monde est rempli de manipulations et coups tordus. •

L'écrivain anonyme PSEUDO / PRÉNOM •  holmes, Lucie ou Lulu pour les intimes.  :perv:  ÂGE • l'âge d'une cougar.  :gaah:  PRÉSENCE • 365 / 7 jours. COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM • dans ma culotte.  (a)  COMMENTAIRE(S) • j'aime les licornes. AVATAR • Sam Claflin. CREDITS • crick (avatar). MOT DE LA FIN • anticonstitutionnellement.
Revenir en haut Aller en bas
Tristan de Colnet
Admin
Tristan de Colnet
❝ HIBOUX : 537
❝ AUTRES VISAGES : emma rosier
❝ CÔTE DE POPULARITE : 2165
❝ MIROIR : sam claflin.
❝ CREDITS : pevensie. (avatar) tumblr. (gifs)
❝ DIALOGUES : darkseagreen
❝ ÂGE : vingt-quatre ans.
❝ STATUT SOCIAL : noble, fils de duc, aspirant à succéder son père à la tête du duché.
❝ OCCUPATION : neuvième année, écrin de jade, cursus social et politique.

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

Les allégories princières
2002 ; Tristan a trois ans, il en aura quatre dans quelques jours. Sa mère, la duchesse de Colnet, est enceinte de son deuxième enfant depuis quelques mois. Toutefois, si son ventre porte à peine la trace de ce petit être qui grandit en elle, ses humeurs changeantes et ses envies farfelues attestent de son état.
2006 ; âgé de huit ans, le jeune Tristan apprend l'art de l'occlumancie avec sa mère pour professeur.

Il lui tenait la main avec toute la force que pouvait lui procurer son petit bras. Élégante, sa chevelure rousse légèrement retenue par un chignon maladroit, Pénélope de Colnet empestait la noblesse, même lorsqu'elle tentait de rester discrète. Bien que son fils marcha, elle ne cessait de le couver d'un regard protecteur, un brin inquiet, à chaque pas, comme si elle craignait qu'il ne s'effondre d'une minute à l'autre, qu'il ne perde l'équilibre comme le font souvent les petits. Elle semblait prête à sortir sa baguette pour lui éviter, l'espace de quelques mètres, de soulever ses petites jambes encore fragiles. Un sourire franc illuminait le visage de la duchesse, visiblement ravie de passer ce moment avec son fils, qui bientôt serait rejoint par un autre bambin.
Son sourire s'effaça. Le changement fut brutal, presque violent, les traits de Pénélope qui exprimaient jusque là la sérénité et la joie furent tout à coup fermés. Le regard bleu de la jeune maman se fit dur, glaçant tandis qu'elle serrait la main de son fils presque inconsciemment. Le petit, plutôt ébahi par les oiseaux, les insectes et toute autre forme de vie qu'il pouvait apercevoir dans ce parc, resta totalement indifférent au malaise qui continuait d'envahir sa mère, comme une vague de frissons. L'origine de ce soudain changement d'humeur ne venait pas du bébé qui se développait dans son ventre. Il venait plutôt de cette femme, juste en face d'elle, aussi figée, aussi tétanisée, si ce n'est plus encore. Châtain, des yeux bleus, jolie dotée d'un physique assez banal, au point que la duchesse aurait envie de hausser un sourcil méprisant. Toutefois elle se retint : après tout, c'est bien ce physique banal qui a su charmer son époux.

Et puis, il y a cette poussette, avec dedans une petite qui ressemble vaguement à la mère. Il ne faut pas plus d'une seconde pour que le lien se fasse. Avec un sentiment grandissant d'horreur, elle fixe la petite fille qui a le pouce dans sa bouche et fixe quant à elle Tristan. Un regard et la duchesse constate que son fils aussi regarde la petite d'un air intrigué, comme s'il voyait pour la première fois l'une de ses pairs. Il sourit, dévoilant les prémices de fossettes qui, plus tard, le rendront irrésistible, et tend le bras remuant son poignet pour saluer sa congénère. Pénélope ne s'attarde pas, refusant de se faire attendrir par son propre fils. La scène semble figée dans le temps. « Je sais qui vous êtes. » furent les premiers mots qui franchir les lèvres de Pénélope de Colnet, la femme bafouée, trompée qui se retrouvait face à la coupable, la femme tentatrice, adultère.
✮✮✮

Le retour à la réalité fut extrêmement brutal pour Tristan. « Mère, sortez de ma tête maintenant. ». Les mains sur la tête, comme pour tenter de faire sortir cette présence qu'il ressentait dans son cerveau, s’immisçant dans des souvenirs qu'il ignorait même posséder, mais rien à faire. Le visage de la duchesse semblait exprimer des remords, une culpabilité à l'idée de faire souffrir son fils de la sorte. Pourtant, elle savait qu'elle devait continuer. Elle abaissa sa baguette pour donner quelques instants de répit à son jeune élève. La sueur collait ses cheveux châtain aux reflets roux contre son front, ses mains tremblaient comme s'il souffrait d'une de ces maladies dégénératives moldues. Pourtant, Tristan ne pleurait pas, bien trop fier pour laisser échapper la moindre larme, mais ses yeux brillaient intensément. Entre deux respirations saccadées, il parvint à demander : « Expliquez moi, mère. Pourquoi fait-on cela ? ». Les yeux de la duchesse se voilèrent. « Tu connais la réponse. » et elle lui montra sa tête du bout de sa baguette. Effectivement, après ce qu'il venait de voir, la réponse semblait évidente. C'était cette femme et cette fillette la réponse, la réaction de sa mère prouvait à Tristan que ce passage, ce petit instant avait une importance capitale qui valait largement la peine qu'il endurait à présent. « Allez, on reprend. ». Sur ce, elle leva sa baguette, visant la tête de son fils tandis que celui-ci se redressait, prêt à tout pour satisfaire sa mère.

2014 ; seize ans, l'adolescence, depuis deux ans, la bande des quatre est formée, rapidement surnommés le quatuor royal. Ils enchaînent les folies, entre fêtes, demoiselles et autres stupidités, le quatuor, déjà peu discret commence à être réellement remarqué et suivi par certains journaux à scandales.
Tristan fut le plus difficile à convaincre quand il n'avait fallu que d'un mot pour que ses comparses se décident. Finalement, de Colnet avait cédé, suivant, comme d'ordinaire, ses amis dans leurs sorties. Un quart d'heure plus tard et ils partaient, élégamment vêtus, eau de cologne et cheveux vaguement coiffés.
Un verre. Puis un autre. Encore un. Celui-ci qui glisse le long du comptoir. Et celui-là dont la moitié du contenu fut renversée par terre. Whisky pur feu, puis mélange d'alcools moldus dont Tristan avait déjà oublié les noms. Rires et éclats de voix envahissaient la salle qui ne désemplissait pas. "Allez, cul sec les gars !" les encouragements fusaient de partout et aussitôt, Tristan et ses comparses avalaient d'une traite leurs minuscules verres. Le temps semblait s'écouler différemment, comme si une heure se réduisait à dix minutes, les garçons continuaient de s'amuser comme si la nuit était éternelle. Tristan buvait par passades, laissant les effets de l'alcool se dissiper légèrement afin de pouvoir rester lucide. Du moins, du haut de ses seize ans, c'est ce qu'il pensait, persuadé que cesser de boire pendant quelques minutes suffisait à lui faire reprendre pleinement ses esprits. Naïf. Il ne cessait de jeter des coups d’œil à ses amis, prêt à prendre leur défense au moindre imprévu. C'était son rôle, comme une mission qu'il se serait attribué secrètement, sa loyauté ressortait en toutes circonstances, même lorsqu'il n'était pas tout à fait sobre. Du coin de l’œil, il surveillait Marien, qui grimaçait à chaque nouveau verre avalé. Nolan, lui, semblait le plus lucide des quatre, et pourtant quand on s'approchait, on sentait les effluves de l'alcool qu'il avait ingurgité. Raphaël restait le même, avec ses yeux perçants qui se baladaient dans la pièce, comme pour analyser, fouiller, et ce sourire malicieux, mystérieux qui ne le quittait pas.

Il y eut d'abord un flash qui fit l'effet d'une douche froide à Tristan. Puis un second et une vague de lumière émanant des appareils dont l'objectif était pointé sur les jeunes hommes. Aussitôt, Tristan laissa son verre de côté pour commencer à chercher Marien du regard, nul doute que c'était lui la cible principale de ces fouineurs. Il ne fallut pas longtemps à Tristan pour repérer la chevelure brune de son ami qui avalait un minuscule verre au moment où une photo capturait cet
instant. Il se figea, sembla déstabilisé face à la nuée de photographes qui tentaient de lui faire prendre telle ou telle pose. La mine déconfite du dauphin fut l'élément déclencheur : Tristan laissa sa chaise près du bar pour se lancer vers Marien, il passa une main au dessus de ses épaules pour le tirer avant de pointer une paume défensives vers les journalistes. « Arrêtez. Laissez-nous, Marien Leblois ne fera aucune déclaration. ». Les photographies reprirent de plus belle tandis que d'un coup d’œil, Tristan repérait une issue derrière le bar. Le gérant ne les empêchant pas de passer, les deux jeunes hommes se réfugièrent dans ce qui était en fait la réserve de l'établissement. Tous deux se passèrent les mains sur le visage, dans les cheveux. La fatigue, l'alcool, le stress, autant d'éléments qui rendaient les deux jeunes hommes irritables. De nombreuses pensées se bousculèrent dans la tête de Tristan, il fallait trouver une solution, un idée et rapidement.
Finalement, au bout de quelques minutes, Tristan posa une main sur l'épaule de Marien qui s'était assis sur des caisses de bièraubeurres. « Reste là, je reviens. Ne bouge pas. », c'était étrange de donner cet ordre au futur roi lui-même mais il semblait vital que Marien ne bouge pas de cette cachette pendant que le jeune aquitain tentait d'arranger la situation. Il quitta la pièce en arrangeant sa tenue. Les flashs avaient cessé, la plupart des photographes étant désormais assis au bar, prêts à prendre d'autres clichés croustillants. Tristan jaugea la pièce avant d'apercevoir celui qu'il cherchait : le journaliste qui avait la fameuse photo de Marien avec un verre. « Bonsoir. », commença-t-il avec un sourire des plus charmeurs. « J'aimerais vous parler de ce qui s'est passé, tout à l'heure. ». L'homme, qui regardait les images qu'il avait capturé pendant la soirée, leva à peine les yeux vers l'adolescent. Devant son manque de réponse, Tristan, agacé, se pencha un peu plus vers lui. « Détruisez les clichés. ». L'autre laissa échapper un rire méprisant. « Ou sinon ? Tu vas me verser un pot-de-vin ? ». D'un ton très calme, Tristan répondit aussitôt : « Sinon, mon père, qui est au Ministère des Richesses viendra contrôler votre journal... dépenses, impôts. Enfin vous voyez le genre. ». L'autre leva les yeux vers lui, soudainement touché par ses propos. « Oh, et il finira sans aucun doute par en demander la fermeture. ». Tristan releva les sourcils, comme pour lui signifier "compris ?" ce à quoi, l'autre hocha la tête. « Je me doutais qu'on trouverait un arrangement. ». Le jeune homme lui lança l'un de ses plus beaux sourires tandis que le photographe effaçait une à une les photos compromettantes.

De retour dans la réserve, Marien n'avait pas bougé d'un cheveu, la tête entre les mains, comme s'il ressassait les événements de cette soirée. Il leva la tête lorsque Tristan entra à nouveau dans la pièce. « C'est réglé. On ferait mieux d'y aller maintenant. ».

2019 ; alors que Tristan a pris vingt et un ans, et que son cadet, Alexandre, également dernier de la fratrie, s'apprête à entrer à l'académie Beauxbâtons, les garçons sont réunis dans le bureau de leur père, en plein après-midi d'été, pour une nouvelle de la plus grande importance.
Le bureau de Charles de Colnet avait toujours été impressionnant. Décoré à l'ancienne avec une imposante bibliothèque sur tout un pan de mur et un bureau impressionnant en chêne massif, Tristan avait toujours été troublé dans cette pièce, lui qui se sentait d'ordinaire petit face au regard perçant de son père voyait se sentiment s'amplifier lorsqu'il entrait dans le bureau paternel. Lui et ses frères avaient été sommés de venir, comme si le duc demandait à son rendez-vous de la journée de venir. Tristan avait trouvé la méthode peu encourageante mais s'était rendu à l'endroit demandé, tout comme ses frères. François semblait plutôt serein, comme à son habitude, les mains dans les poches avec un petit sourire, tandis qu'Alexandre, se tenait droit, les yeux plein de questions qu'il posait alternativement sur ses aînés qui ne pouvaient lui donner de réponse. « Asseyez-vous les garçons. », le ton était ferme, ne laissant aucune opportunité de contester. D'un même geste, les trois jeunes hommes obéirent, faisant alors face à leur père, réfugié derrière son bureau de ministre. « Il y a une affaire importante dont j'aimerais vous parler. Maintenant qu'Alexandre est entré à l'académie, il est temps que nous évoquions le duché. ». Tristan sentait une panique légère le gagner. Nerveusement, il jeta un coup d'oeil vers François et il comprit que son cadet se réjouissait de l'annonce à venir, avec son regard pétillant de malice. Alexandre, quant à lui, semblait ne pas comprendre et gardait les sourcils froncés sans détacher les yeux de leur père. « La tradition voudrait que l'héritage du duché revienne à l'aîné, c'est-à-dire Tristan. », et il fit un signe de main vers son fils aîné, comme s'il s'adressait à une foule d'inconnus. « Mais j'aimerais... ». La suite ne fut d'un brouhaha indistinct que Tristan ne prit pas la peine d'écouter avec attention. L'angoisse et une certaine colère lui brouillaient les oreilles, le laissant le visage figé sur l'un des bibelots sans importance qui ornait le bureau du duc.

Le duc, ah le duc ! Si noble, si impressionnant. Si fourbe. La vérité, Tristan la connaissait depuis des années : son père, qui avait été si fier de voir que son premier enfant était un garçon, l'avait été encore plus en voyant arriver le deuxième petit mâle de la famille : François. Ça faisait longtemps maintenant que le fossé s'était formé puis creusé, laissant apercevoir l'horrible préférence d'un père pour l'un de ses enfants. La raison de ce remaniement, de cette phase d'observation, au terme de laquelle Charles de Colnet allait choisir définitivement son heureux héritier, l'unique explication n'était autre que le grand duc d'Aquitaine ne pouvait se résoudre à avouer qu'il avait un favori parmi ses fils. Son épouse ne l'aurait certainement pas approuvé, or, s'il y avait bien une personne à qui Charles accordait une oreille attentive, c'était sa femme.

« Vous savez ce qu'il essaye de faire, n'est-ce pas ? », commença Tristan alors que la réunion entre hommes venait de se finir. Alexandre posa un regard interrogateur sur lui en secouant la tête tandis que François le regarda, visiblement très amusé. « Et alors ? », demanda-t-il aussitôt. Tristan s'était bien attendu à cette réaction de défi de la part de François. Alexandre sembla finalement comprendre : « Et que veux-tu qu'on y fasse ? ». La réaction du cadet était une vraie surprise pour Tristan qui pensait qu'Alexandre réprouverait la situation. « Je ne sais pas, on pourrait refuser ? Lui dire non et lui montrer que nous sommes frères avant d'être des candidats pour le duché. » François semblait de plus en plus amusé, il laissa échapper un rire moqueur en fourrant ses mains dans ses poches, comme à son habitude. « Il nous renierait et trouverait je-ne-sais quel cousin pour prendre la succession en un claquement de doigts. ». Evidemment, il avait raison et même si sa réaction semblait montrer qu'il n'approuvait pas complètement la situation, cette impression vola en éclats lorsqu'il ajouta : « Tu sais, si tu as si peur que ça de perdre ton héritage, tu peux te désister tout de suite. ». La remarque était cinglante. Elle fit même sourire Alexandre, d'ordinaire si neutre. « Laissez tomber. », Tristan était complètement déçu mais résigné. Il a toujours ce qu'il veut, de toute façon, alors pourquoi n'obtiendrait-il pas de ses fils qu'ils se déchirent pour des terres et quelques privilèges ? Pour le prestige de voir leur père leur tapoter le dos avec une affection et une fierté complètement feintes. Mais soit, puisque les frères de Colnet avaient décidé de se prêter au jeu, Tristan n'y dérogerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

j'squatte, j'ai vu de la lumière — mélancolie cruelle (tristan) 2852361540
je suis troooop contente de te retrouver ici, dis doooonc ** on va se faire un lien de fifou et rameuter les feels, hein dis dis ? — mélancolie cruelle (tristan) 1060857654
Revenir en haut Aller en bas
Capucine Lescieux
Capucine Lescieux
❝ HIBOUX : 123
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1431
❝ MIROIR : Emilia Clarke
❝ CREDITS : jukebox joints +av
❝ ÂGE : vingt-deux ans.
❝ STATUT SOCIAL : roturière, fille illégitime qui s'ignore du Duc d'Aquitaine.
❝ OCCUPATION : étudiante rubissan (parcours mystères de la magie), second du chef des Compagnons.

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

MON FRERE :perv: :gaah:
j'veux des rps et de l'amour fraternel, sinon je ramène mon moi du futur pour t'harceler par sms :dream: Cool

_________________


what you want to do tonight ? I got wounds to lick in life, oh you've said standing like a stick, this tie could invert to be a noose instead. oh you lie next to me, heart is beating heavily. there's blood in your ear though, blood on your shirt. it's too late to say you're sorry, say you're sorry still, I stepped out with heavy heart to bail you out again, oh those things you do. get out ! and get gone, this town is only gonna get worse. @to kill a king.
Revenir en haut Aller en bas
Erendis Doriath
SWALLOWED WHOLE BY THE DARKNESS
Erendis Doriath
❝ HIBOUX : 205
❝ AUTRES VISAGES : elanor beauregard
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1501
❝ MIROIR : katie mcgrath
❝ CREDITS : hepburns & faymcwrath & sign by endlesslove
❝ ÂGE : 25 ans
❝ STATUT SOCIAL : reine déchue de son propre royaume, elle n'a plus rien que la pureté de son sang et les échos meurtriers de son nom.
❝ OCCUPATION : étudiante rubissane en dernière année dans le parcours scientifique, présidente du cercle de la rosière.

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

CLAFIN QUOI — mélancolie cruelle (tristan) 322713977
Tu me garde un lien oblige — mélancolie cruelle (tristan) 1388627192

_________________

    hopeless
    ALONE IS WHAT I HAVE. ALONE PROTECTS ME. but who knows what she spoke to the darkness, alone, in the bitter watches of the night, when all her life seemed shrinking, and the walls of her bower closing in about her, a hutch to trammel some wild thing in ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

J'approuve l'avatar et le prénom — mélancolie cruelle (tristan) 1078141200
Très belle plume, je veux lire la suite brille
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

sam.. — mélancolie cruelle (tristan) 3584230027
le personnage est parfait, j'adore tout. I love you vivement la fin ! — mélancolie cruelle (tristan) 2732716824
Revenir en haut Aller en bas
Anthéa Buffenoir
Anthéa Buffenoir
❝ HIBOUX : 355
❝ AUTRES VISAGES : Isis de Monteynard
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1652
❝ MIROIR : Gaia Weiss
❝ CREDITS : Liquorice wand (c)
❝ DIALOGUES : #993366
❝ ÂGE : 21 ans
❝ STATUT SOCIAL : Haute noblesse
❝ OCCUPATION : Quidditch

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

JVEUX DE L'AMOUR :3
Sam, mais Sam quoi. Je l'aime d'amour :ptikeur:

_________________


I remember tears streaming down your face
When I said, I'll never let you go, When all those shadows almost
killed your light. I remember you said, Don't leave me here alone
But all that's dead and gone and passed tonight. safe&sound
Revenir en haut Aller en bas
Tristan de Colnet
Admin
Tristan de Colnet
❝ HIBOUX : 537
❝ AUTRES VISAGES : emma rosier
❝ CÔTE DE POPULARITE : 2165
❝ MIROIR : sam claflin.
❝ CREDITS : pevensie. (avatar) tumblr. (gifs)
❝ DIALOGUES : darkseagreen
❝ ÂGE : vingt-quatre ans.
❝ STATUT SOCIAL : noble, fils de duc, aspirant à succéder son père à la tête du duché.
❝ OCCUPATION : neuvième année, écrin de jade, cursus social et politique.

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

OMG VOUS ÊTES TELLEMENT ADORABLES AVEC VOS MESSAGES, JVOUS KIFFE — mélancolie cruelle (tristan) 3584230027 — mélancolie cruelle (tristan) 3584230027 — mélancolie cruelle (tristan) 3584230027 :gaah: — mélancolie cruelle (tristan) 1078141200 brille (oo) — mélancolie cruelle (tristan) 1060857654

six baby, ofc on se fait un lien de ouf malade — mélancolie cruelle (tristan) 1078141200 je veux trop de feels entre twa et mwa — mélancolie cruelle (tristan) 3584230027 (et puis Sam et JLaw pas moyen de passer à côté huhu :jule:)

capu, MDRRRRRRRR TU M'AS TUEE AVEC TON TOI DU FUTURE (petite coquine va :jule:) fais gaffe j'appelle Lucas il va te botter les fesses (a)
et ofc omg on va se faire des rps Capustan à en faire trembler les murs — mélancolie cruelle (tristan) 322713977

flo, ofc on se fait un lien, on n'avait pas eu l'occasion sur l'ancien fo mais la omggggg ta Erendis elle me vend trop de rêve — mélancolie cruelle (tristan) 3584230027 — mélancolie cruelle (tristan) 1078141200 brille

aliénor, ptn Laura c'est trop une boté fatale brille brille (je l'aimais trop dans Smallville (a)) merci pour ton message I love you

ortie, ce pv tellement adorable, quel choix de malade — mélancolie cruelle (tristan) 1078141200 j'espère qu'on pourra se trouver un lien brille merci à toi I love you

anthéa, CHUI UNE MACHINE A LOVE MWA POUPEY CEY KAN TU VEU — mélancolie cruelle (tristan) 1078141200 :jule: — mélancolie cruelle (tristan) 322713977

_________________

yesterday, all my troubles seemed so far away ✻ now it looks as though they're here to stay. suddenly i'm not half the man i used to be, there's a shadow hanging over me. oh, yesterday came suddenly.
(the beatles - yesterday)
Revenir en haut Aller en bas
Anthéa Buffenoir
Anthéa Buffenoir
❝ HIBOUX : 355
❝ AUTRES VISAGES : Isis de Monteynard
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1652
❝ MIROIR : Gaia Weiss
❝ CREDITS : Liquorice wand (c)
❝ DIALOGUES : #993366
❝ ÂGE : 21 ans
❝ STATUT SOCIAL : Haute noblesse
❝ OCCUPATION : Quidditch

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

@Tristan de Colnet a écrit:
anthéa, CHUI UNE MACHINE A LOVE MWA POUPEY CEY KAN TU VEU — mélancolie cruelle (tristan) 1078141200 :jule: — mélancolie cruelle (tristan) 322713977

I AMEUH RUÉDI BABY — mélancolie cruelle (tristan) 1078141200 — mélancolie cruelle (tristan) 797696544 — mélancolie cruelle (tristan) 2732716824 — mélancolie cruelle (tristan) 3584230027 — mélancolie cruelle (tristan) 1588408449
(j'arrête de flooder, mais Sam me met vraiment dans tous mes états, huhu)
Revenir en haut Aller en bas
Elysée L. Berthelot
You don't mess with LOVE, you mess with the TRUTH.
Elysée L. Berthelot
❝ HIBOUX : 1142
❝ AUTRES VISAGES : Valentine de Boisbleau
❝ CÔTE DE POPULARITE : 2642
❝ MIROIR : Leighton Meester.
❝ CREDITS : Everdeen, Tumblr, Wild Hunger.
❝ DIALOGUES : indianred
❝ ÂGE : Vingt-quatre ans.
❝ STATUT SOCIAL : Petite Noblesse (héritière du Comté d'Anjou).
❝ OCCUPATION : Beauxbâtons, en huitième année. Parcours social et politique. Comice Rubissane et membre du Cercle de la Rosière.

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

Spoiler:
 

_________________

even angels have their demons.
I had made every single mistake that you could ever possibly make. I took and I took and I took what you gave but you never noticed that I was in pain. I knew what I wanted; I went in and got it. Did all the things that you said that I wouldn't. I told you that I would never be forgotten and all in spite of you. And I'm still breathing, I'm alive.
Revenir en haut Aller en bas
Juliette de Noblecourt
Admin
Juliette de Noblecourt
❝ HIBOUX : 627
❝ AUTRES VISAGES : ( alice desclève, ESTP, famille royale ) ; fiche de liens juliette
❝ CÔTE DE POPULARITE : 2277
❝ MIROIR : holland roden.
❝ CREDITS : (c) hepburns
❝ ÂGE : vingt deux ans.
❝ STATUT SOCIAL : noble (duchesse).
❝ OCCUPATION : étudiante rubissan, parcours littérature & art magique.

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

:hehe: :hehe: :hehe: :hehe:

_________________

  

I feel alive and the world it's turning inside out yeah, I'm floating around in ecstasy. I'm a shooting star leaping through the skies, like a tiger defying the laws of gravity. Two hundred degrees, I'm traveling at the speed of light, I'm a rocket ship on my way to Mars on a collision course, I am a satellite I'm out of control ! I am a sex machine ready to reload like an atom bomb about to oh oh oh oh explode, don't stop me now queen.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

— mélancolie cruelle (tristan) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

— mélancolie cruelle (tristan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Azalaïs, une sorcière cruelle
» Tristan Merlo - Archangel
» Tristan Melo † Archangel
» Philosophie, quand tu nous tiens...{Tristan Levian}
» Tristan Corey Sanders

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ad Astra :: Gestion des Personnages :: Le carrosse volant :: A dos d'abraxan-