AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 — (beauxbâtons) obédiences : les cercles secrets

Vers les étoiles, à travers les difficultés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Admin
avatar
❝ HIBOUX : 203
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1391


Les obédiences, sociétés secrètes

Qu'est-ce qui est plus fort, un, ou trois ?



Obédiences, cercles secrets ;
La solitude n'est pas la meilleure des alliées, que ce soit dans la France sorcière ou au sein de l'Académie. Mais celui qui accorde trop de confiance finit avec un sortilège dans le dos. Depuis le premier jour, depuis le premier pas posé sur les marches de Beauxbâtons, les étudiants ont inventé les obédiences. Lieux de réunion, d'amusement commun mais aussi de reconnaissance, d'union et de protection, chacune possède son propre thème et une profession de foi qui lui appartient. Plus qu'une réunion amicale d'étudiants passionnés par le même sujet, une obédience est une caste, une secte sociale qui vous assure telle ou telle réputation, tel ou tel avenir. Toutes ne se valent pas auprès de différentes personnes. Faire un choix, en intégrer une et pas une autre, vous assure un lot d'amis et d'ennemis dont vous ne sauriez vous défaire.
Qu'il s'agisse :
du Cercle de la Rosière
des Onze
des Compagnons

Sachez que tout se saura, vos faits, vos paroles, vos gestes, vos provocations et vos attirances. Un membre d'une obédience ne passe pas inaperçu. Les professeurs les surveillent de près, car à elles seules, elles ont plus de pouvoir que des groupes d'étudiants sans bannière, sans règlement, sans pacte de fidélité et d'engagement. Leurs décisions prennent des tournures politiques au sein de l'Académie, on l'a vu dans l'histoire, où le Cercle de la Rosière et l'obédience des Onze ont fait voter des règles et des amendements sur simple pétition signée par l'ensemble de la communauté.

Pourtant, officiellement les membres de chaque obédience ne doivent pas être connus du reste des mortels et chaque obédience interdit à ses membres de clamer haut et fort leur appartenance à tel ou tel cercle secret de l'Académie. C'est tabou, bien que certains, par fierté ou provocation, montrent des signes ostensibles d'appartenance à une obédience. Car en effet, dans la réalité, peut-être parce que tout se sait, les rumeurs vont bon train sur tel ou tel sorcier que l'on soupçonnerait de faire partie d'une obédience et, au final, tout un chacun en vient à connaitre approximativement (car certains parviennent toujours à rester plus discrets, à passer entre les mailles du filet) les listes de membres de chaque cercle secret. Le doute persiste évidemment puisque rien n'est jamais certain ni officiel en ce qui concerne les obédiences. C'est ce qui fait leur charme et, sans doute, l'intérêt qu'elles suscitent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adastra.forumactif.org
Admin
avatar
❝ HIBOUX : 203
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1391


Le Cercle de la Rosière



Présidente actuelle :
Présidente : Erendis Doriath

Liste secrète des membres (exclusivement féminines) :
Erendis Doriath (étudiante)
Élysée Berthelot (étudiante)
Alesya N. Delahaye (étudiante)

Hortense Leblois (abandon)
Juliette de Noblecourt (départ)


Un peu d'histoire ;
On pourrait presque les confondre avec les pierres de l’Académie. Fondée peu de temps après la création de l’école, on dit que Pernelle Flamel est à l’origine de l’Obédience. Exclusivement féminine, elles ont refusé d’ouvrir leurs portes aux membres de la gente masculine, elles qui étaient formellement opposées à la mixité au sein de l’Académie. Depuis, persuadées d’avoir été trahies, flouées par la direction d’une école dont elles se disent la vitrine, le pilier, elles s’opposent automatiquement à toutes les décisions prises par celle-ci. On pourrait s’étonner d’une telle audace, mais le peuple français tout entier n’est pas sans savoir que les plus grandes dames de la noblesse sorcière d’aujourd’hui appartenaient, autrefois, aux Rosières. Toutes ne l’ont pas dit, beaucoup de ses membres gardent leur appartenance au Cercle secrète et l’on n’a jamais connu le nom de la moindre dirigeante. On en murmure quelques-uns, mais rien n’est jamais sûr. On ne doute pas, cependant, du pouvoir et de l’influence qu’a acquis, au fil du temps, l’Obédience. Ouvertement royalistes et conservatrices, parfois à l’extrême, elles défendent corps et âmes leur souverain et sa famille, et se rangent systématiquement à leurs côtés. Plus modérée lors de sa création, l’Obédience n’hésite plus à clamer haut et fort ses préférences depuis l’entrée des premiers garçons à l’Académie, en 1930.

Les actualités du cercle ;
Autrefois composée de jeunes filles chastes et tenant à leurs bonnes manières, le Cercle est aujourd'hui bien plus sévère et revendicateur. Si les valeurs de pureté absolue, qu’elles concernent le corps ou l'âme, restent les mêmes, elles n’hésitent plus à faire entendre leur voix et ne sont plus les douces jeunes filles d’autrefois. Futures femmes de pouvoir aux manières impeccables, elles impressionnent par leur prestance et l’aura glaciale qu’elles semblent toutes dégager. Les faibles et les indécises n’ont pas leur place au sein du Cercle, d’autant plus que l’on dit le rituel d’entrée particulièrement cruel, à l’image de ses dirigeantes. Le bizutage se poursuivrait d’ailleurs sur une année entière, jusqu’à ce que la nouvelle recrue n’ose plus regarder ailleurs que dans la direction imposée par les membres les plus haut placées. Si leurs valeurs désuètes attisent les moqueries, elles n’en effraient pas moins par la dureté de leurs manières et de leurs regards et peu sont ceux qui osent dire tout haut ce qu’ils pensent tout bas de l’Obédience. Mais aussi dur soit-il, le simple fait d’avoir appartenu au Cercle de la Rosière assure à la jeune fille une position haut placée au sein de la Cour, ainsi que la confiance du souverain et de son entourage, au fait de leur fidélité.

L'intégration ;
Le Cercle de la Rosière est une communauté fermée, secrète, où l’on ne choisit pas d’entrer. Il faut y être invité, et aucun refus ne saurait être toléré. Les conditions de base sont simples : être noble, et être fidèle à la Maison Royale. La chasteté du corps est préférable, mais ne fait plus partie des conditions requises depuis quelques années, suite à une libération certaine de la gent féminine et ce jusqu'au sein de la noblesse. Lors des grands rassemblements, elles portent une rose rouge en boutonnière et accèdent à leur « salle commune » en caressant le pétale de la fleur d’oranger du tableau qui en garde l’entrée. 

Les rivalités ;
La Rosière se pense supérieure à l'obédience des Onze et n'hésite pas à le prouver ou à le souligner dès que l'occasion se présente. Les femmes de la Rosière n'apprécient guère les Compagnons qu'elles jugent à mille lieux d'elles.

Symbole de l'Obédience ;
Le blason du Cercle de la Rosière représente deux roses sur un fond noir , l'une blanche l'autre rouge, entremêlées. La rose rouge représente le sang de la blessure, de la souffrance et de la passion amoureuse. Aux débuts de l'obédience, la rose rouge symbolisait tout simplement le sang : le sang non souillé par des unions avec des roturiers. Le rouge garde également cette forte symbolique liée à la blessure, à la souffrance et à la passion. La rose blanche quant à elle représentait leur autre facette, tout aussi importante à leurs yeux : la virginité, l'amour courtois, la galanterie et leur préciosité.
À elles deux, les roses entremêlées symbolisent donc leur pureté : la pureté du corps et celle de l'âme.

Aujourd'hui des divergences existent sur la véritable symbolique de cette rose rouge. Certaines arguent qu'elle représentait au départ le sang qu'elles étaient prêtes à faire couler pour protéger les femmes des hommes, les sorcières des moldues puis pour le maintien de la monarchie et des valeurs qu'elles proclament et aujourd'hui pour leur insertion dans le monde politique. Pour ces filles là, la rose rouge symbolise le courage des Rosières et leur témérité. Elles voudraient en effet qu'on voit l'obédience d'un œil nouveau, qu'elle ne soit plus l'obédience des vierges d'une époque passée, révolue, mais l'obédience des femmes de pouvoir, prêtes à se battre, "prêtes à verser le sang" et qui sont restées pures dans tous les sens du terme : il n'y a pas chez elles l'ombre d'une corruption.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adastra.forumactif.org
Admin
avatar
❝ HIBOUX : 203
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1391


Les Compagnons



Chefs des compagnons :  
Leader : Juliette de Noblecourt (depuis cette année).
Bras-droit : Capucine Lescieux (libre, scénario)

Liste secrète des membres (groupe mixte) :
Capucine Lescieux (étudiante)
Juliette de Noblecourt (étudiante)
Daphné Delacroix (étudiante)
Colette Peyrevigne (étudiante)
Jamie O'Malley (poste vacant)
Justine A. Liancourt (étudiante)
Luka Burić (étudiant)
Coyote Angharad (étudiant)
Mahaut Beauregard (étudiante)


Un peu d'histoire ;
Confrérie datant du Moyen-Âge et qui regroupait des pèlerins qui faisaient le chemin vers le très connu labyrinthe de Nébias pour y célébrer gaiement le mois synodique (soit l'intervalle entre deux nouvelles lunes - donnant lieu à un rituel de purification sur des bases de magie blanche). Connus pour leur joie de vivre et leur ouverture d'esprit: le chemin des Compagnons était toujours parsemé de rencontres et de fêtes dans les différents villages sorciers qu'ils rencontraient. Ces magiciens nomades et non religieux durent arrêter le pèlerinage en 1692 lors de la mise en place du Code International du Secret Magique. Le nom fut repris a l'Académie, et il désigne ici un groupe d'étudiants fêtards et indisciplinés, souvent artistes ou sportifs. Anémone d'Augier (membre des Dix) tenta en 1788 d'interdire cette obédience au nom du respect des bonnes mœurs, mais la manifestation d'élèves qui s'en suivit fut telle que le lendemain de la déclaration d'Augier, l'interdiction était levée (Pernelle Flamel raconte elle-même dans Âge de Magie (vol. IV): "Je ne me souviens pas avoir jamais vu beuglantes aussi agressives ; elles explosaient au visage avant même ouverture comme des scrouts a pétard qu'on tenterait de nourrir de laitues; nul doute que l'obédience est dotée d'un amour pour la liberté qui les rend particulièrement rebelles et pugnaces, d'une force telle que je n'en avais pas soupçonné l'étendue réelle")

Les caractéristiques ;
 Les membres des Compagnons sont soudés et la solidarité est leur profession de foi: un peu comme les "scouts" moldus, on ne laisse jamais un Compagnon dans le pétrin si l'on est soi-même Compagnon. Les Compagnons ne sont pas non plus totalement neutres politiquement parlant : partisans de la démocratie et de la liberté d'expression, on dénote l'absence criante de royalistes ou de nobles dans leurs rangs (sauf exceptions). Ils affichent bien sûr une acceptation totale de la Maison Royale. Néanmoins, leur badge de reconnaissance use d'une habile provocation allant à l'encontre de la monarchie : un lys blanc planté dans la terre. Pourraient-ils être le terreau d'une révolution ?

La suppression de cette obédience a été abordée lors de l'élection récente d'Aliénor Yvelin au poste de directrice. Cette dernière aurait répondu à ce propos: "supprimez le rire, supprimez la joie d'une communauté, et vous ferez naître la solitude, la peur et les trahisons."

L'actualité ;
Éternels rivaux de la Rosière qu'ils aiment provoquer et tourner au ridicule, il n'est pas rare de les voir organiser des soirées clandestines à Beauxbâtons, et ce sont toujours les fêtes les plus mémorables sans que personne ne sache qui est l'investigateur de ces soirées (seuls les compagnons sont dans la confidence). Il arrive cependant également qu'ils organisent des fêtes plus privées, et se réunissent souvent sous l'initiative de leur chef dans des lieux tenus secrets. On raconte chez les Onze, que les Compagnons tendent de plus en plus vers des idées révolutionnaires, ce qui créerait des tensions entre ces deux cercles et risquerait de les opposer clairement dans le futur. 

Les rivalités ;
Les Compagnons ne se soucient que très peu des autres obédiences. Amoureux du chaos, ils n'hésitent pas à piéger gentiment les quelques étudiantes qu'ils soupçonnent d'être des membres du Cercle de la Rosière pour provoquer fous rires et autres amusements puérils. La politique est à mille lieues de les intéresser, préférant la légèreté de la vie; cependant, ils n'hésiteraient sans doute pas prendre les armes et s'opposer clairement aux deux autres obédiences si celles-ci venaient à tenter de prendre le pouvoir et amener un système monarchique à l'Académie. Les Compagnons sont d'ardents défenseurs de la liberté absolue, qu'ils soient roturiers ou nobles. 

Symbole de l'Obédience ;
Un lys blanc planté dans la terre qui fait polémique. On peut y voir une harmonie complète entre le pouvoir du roi et ses sujets les plus éloignés (le peuple travaillant la terre), mais également un symbole du pouvoir royal remis entre les mains du peuple, représenté ici par la terre. Difficile de trancher étant donné qu'aucun compagnon ne vous dira jamais la stricte vérité, préférant vous perdre dans des explications sans queue ni tête qui les amusent beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adastra.forumactif.org
Admin
avatar
❝ HIBOUX : 203
❝ CÔTE DE POPULARITE : 1391


Les Onze



Leader des Onze
Leader : Nolan Le Floch, pris [portoloin]

Liste secrète des membres (groupe mixte) :
Raphael de Valverde (poste vacant)
Nolan Le Floch (étudiant)
Cassian Noirclère (étudiant)
Loup de Rohan-Gié (étudiant)
Antoine de Noblecourt (étudiant)
Alexandre de Colnet (étudiant)
Camille des Verrières (étudiant)


Un peu d'histoire ;
L'obédience des Onze a été formée en 1826, en pleine Révolution Française Sorcière et à l'époque du romantisme littéraire, par onze membres de la Maison Royale qui étudiaient alors à l'Académie de Beauxbâtons. Ils se nommèrent le Conseil des Onze et recrutèrent dans leur confrérie les partisans d'une réflexion politique fondée sur une redéfinition de la monarchie d'ordre magique, soit un dirigisme hiérarchique aux bases sociales. Ils créèrent un rituel d'entrée dans la confrérie, appelé « adoubement », qui consiste à prouver sa sincérité et son allégeance envers la Maison Royale mais aussi à l'obédience des Onze. Cette confrérie regroupant les membres les plus influents de la communauté sorcière française, les contacts qu'on y faisait une fois accepté permettaient alors à ses membres de trouver facilement des places de haut rang dans la communauté.

L'actualité ;
 Faisant directement référence aux Onze du tableau peint par François-Élie Corentin (ce dernier représente les onze membres du Comité de Salut Public durant la période de la Révolution Française), ainsi qu'aux Dix du Magistral (Onze avec la Maison Royale), cette obédience se veut être à la fois une réflexion politico-sociale sur la monarchie magique (se baser sur une union entre la hiérarchie sociale du temps de la chevalerie et les acquis populaires de la Révolution française), un soutien sans faille à la Maison Royale, une représentante d'une des élites intellectuelles et sportives de l'Académie de Beauxbâtons ainsi qu'une confrérie d'entraide et de contacts pour ses membres, élèves triés sur le volet.

Depuis quelques années déjà au sein de l'Académie se distingue une partie des étudiants: la noblesse. Ce groupe d'élèves revendique l'hégémonie du pouvoir royal ainsi que la domination des royalistes sur les sujets, et c'est l'Obédience des Onze qui prétend à les représenter. Ils sont en faveur d'un assistanat social monarchiste où la classe noble ferait office de « marraine » des classes inférieures. Certains y voient une politique d'entraide socialement organisée et hiérarchisée, d'autres contestent cette domination propre aux serfs et à l'esclavage des siècles précédents. Attaché à la royauté, ce cercle n'a rien d'anti-moldus, au contraire, ils se disent héritiers des chevaliers de la Table Ronde, nobles et généreux, prêts à mettre leur vie en danger pour protéger ce qu'ils nomment « classe inférieure » sans, disent-ils, la moindre négativité liée au terme.

L'obédience se réunit le plus souvent dans la Cour Regalia [ portoloin ] de l'aile du Levant, et son blason représente une épée croisée avec une baguette magique. Certains pensent que l'épée est une référence directe à Excalibur.

Conditions d'entrée ;
Si la majorité des élèves faisant partie de cette obédience appartient à l'écrin Rubissan, ce n'est cependant pas une obligation. Les conditions à respecter pour en faire partie sont les suivantes:

• affirmer sa croyance en la monarchie magique
• avoir juré fidélité à la Maison Royale, que l'on soit noble ou pas, français ou pas
• respecter les traditions françaises telles que l'art du duel et la culture de l'élégance ainsi que de la galanterie
• avoir été adoubé par le Conseil des Onze (cf plus bas)

L'intégration ;
À partir de quand peut-on intégrer les Onze? : Dès la première année si l'on arrive à être adoubé par le Conseil.
Qui compose le Conseil des Onze? : Chaque fois qu'un membre des Onze quitte l'Académie, il est remplacé par un autre membre élu par le reste du Conseil. Les Onze sont choisis sur plusieurs critères, dont un très important: d'abord, la noblesse (la famille doit avoir été anoblie par la Maison Royale), ensuite, le respect total des coutumes, qu'il s'agisse de l'élégance ou de l'art du duel. Enfin, on nomme au Conseil des Onze les personnalités les plus dignes de faire partie de l'illustre Table Ronde, soit ceux qui participeront à la quête ultime de l'obédience: retrouver le puits de Tintagel et le grotte de Merlin.
Peut-on être exclu des Onze? : Oui, si manquement au respect des impératifs de l'obédience. On distingue les « fautes » des « erreurs », et si les fautes peuvent être expiées, les erreurs sont jugées par le Conseil et peuvent donner lieu à un jugement de « haute trahison », immédiatement suivi d'une exclusion de l'obédience.
Les filles peuvent-elles faire partie des Onze? : Il y a plus de garçons que de filles chez les Onze, l'obédience féminine correspondant à celle-ci étant bien entendu le Cercle de la Rosière, mais il y en a, même si elles sont en minorité.
Quel est le principal rituel d'adoubement? : L'escrime magique. Il s'agira de se battre en duel double (épée + baguette dans chacune des mains) contre un membre du Conseil, devant l'ensemble de l'obédience. Un vote aura alors lieu, tranché par les membres du Conseil, la parole du membre contre qui le candidat s'est battu faisant autorité.  

Les rivalités ;
Ils trouvent le Cercle de la Rosière particulièrement agaçant, leurs relations sont courtoises mais s'apparentent souvent à chien et chat. On retrouve souvent des relents de guerre des sexes entre les deux. D'un côté la Rosière exclusivement féminine, et de l'autre les Onze majoritairement masculins.

Il sont réticents aux Compagnons. S'ils s'ignorent poliment depuis des décennies, quelques membres des Onze soupçonnent de plus en plus les Compagnons de nourrir des embryons d'idées révolutionnaires...ce qui bouleverserait sans aucun doute le jeu des alliances entre obédiences, et transformerait les Compagnons comme cible principale à abattre.

Symbole de l'Obédience ;
Une baguette magique plantée comme une épée dans un bloc de pierre brute. Ce symbole rappelle évidemment la légende d'Excalibur, la mythique épée ayant appartenu au Roi Arthur et qu'il aurait reçu des mains de la sorcière Viviane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adastra.forumactif.org
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

— (beauxbâtons) obédiences : les cercles secrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les relations entre élèves de Beauxbâtons
» Tous ce que vous devez savoir sur Beauxbâtons
» Personnel de Beauxbatons
» GRIMOIRE IV ▲ tout savoir sur durmstrang, beauxbâtons & salem
» Le système scolaire de Beauxbâtons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ad Astra :: Genèse :: Les grimoires de Pernelle :: France sorcière & Académie Beauxbâtons-